KINSHASAFemme • En tant que patronne du genre, Gisèle Ndaya a d’abord condamné cet acte immoral qui relève d’une bassesse intolérable avant d’interpeller les acteurs impliqués dans la protection et la promotion des droits des enfants ainsi que ceux ayant la responsabilité dans l’encadrement des enfants au sein de son ministère.