« Je reste serein face à ces allégations de la FECOFA. Je n’ai ni acte de naissance ni carte d’identité ni passeport délivrés par la RDC. Qu’ils fournissent ces documents, s’ils existent. Je dispose d’un passeport en bonne et due forme délivré par les autorités gabonaises compétentes. C’est tout ce que j’ai à dire », a déclaré Guelor Kanga, dans des propos relayés par les médias gabonais.

Ces dernières semaines, le joueur est au cœur de la polémique après une plainte déposée  à la CAF par la Fédération congolaise de football (FECOFA) dénonçant une « usurpation d’identité, falsification et fraude » de celui qui serait né à Kinshasa en 1985 du nom de Kiaku Kiaku Kiangana, alors que dans ses documents actuels, il est né en 1990 à Oyem (Gabon) au nom de Guelor Kanga.

La FEGAFOOT a envoyé ses justifications à la CAF le samedi 1er mai qualifiant de « fallacieuses » les allégations « sans preuves » de la FECOFA. Ce que cette dernière n’a pas apprécié, invitant la FEGAFOOT d’attendre la décision de la CAF.

Au Gabon, cette question est devenue une affaire d’Etat. Le président Bongo a même convoqué le président de la FECOFA et le ministre des Sports lundi pour en savoir un peu plus.

Le Gabon était logé dans le même groupe de qualification à la CAN 2021 que la RDC. En cas d’une sanction de la CAF, les Léopards, éliminés, pourraient être repêchés pour la phase finale.

Socrate Nsimba


(SN/PKF)