C’est depuis plus de trois décennies que cette femme en la personne de mme Julienne Lusenge, femme battante lutte farouchement contre les viols des femmes dans la partie Est de la Rdc. Raison pour laquelle elle occupe la première place des femmes des Organisations des Nations unies.

Au cours de l’année 2019, Julienne Lusenge s’est illustrée par son action, son talent et son engagement.

Présidente de l’association solidarité féminine pour la paix et le développement intégral(Sofepad) et directrice du Fonds pour les femmes congolaises(Ffc), elle est montée au créneau pour déclarer lors des assises sur les droits de l’homme à Génève que « soigner les victimes et juger les auteurs présumés des violences sexuelles est certes, nécessaires mais sont des actions qui ne règlent nullement ce problème ».

A son avis, la meilleure solution c’est de ramener la paix dans la partie Est de la Rdc.

Toujours à Genève, Julienne Lusenge avait sollicité l’appui technique et financier de la communauté internationale aux organisations féminines afin de leur permettre d’apporter des réponses adéquates aux drames à répétition dont les femmes et filles sont tout le temps victimes.

Elle a soutenu que ce sont elles les premières actrices humanitaires.

Avec le prix prestigieux lui décerné par l’Onu, Julienne Lusenge entend avec plus de virulence, poursuivre son combat pour le changement, pour que selon elle, les filles et les petites-filles puissent vivre dans un pays respectueux de la femme.

Gisèle Tshijuka


(GTM/Yes)