Le Saint-Siège s’est à nouveau indigné, dimanche 1er décembre 2019, de l’indifférence coupable de la communauté internationale face aux interminables conflits armés et à la persistance des violences dont sont victimes les humains en République démocratique du Congo.

Ces atrocités qui n’épargnent ni l’Eglise vue comme le dernier rempart des humains, ni les humanitaires, ni même les Congolais de souche n’ont pas été occultées. Le Pape François est revenu sur cette affaire lors d’une messe qu’il a placée sous le signe du retour de la paix gravement menacée dans l’est du pays où font rage des conflits nourris également par l’extérieur et que beaucoup se taisent.

“Aujourd’hui, nous prions pour la paix en RD. Congo, gravement menacée dans l’Est du Pays”, a souligné le souverain pontife avant d’embarquer les croyants catholiques dans une prière d’intercession pour la République démocratique du Congo frappée par la guerre à l’Est du pays.

“Aujourd’hui, nous prions pour la paix en RD.Congo, gravement menacée dans l’Est du Pays, où font rage des conflits, nourris également de l’extérieur, alors que beaucoup se taisent”, a déclaré le pape François.

Cette messe a également été consacrée à la célébration du 55ème anniversaire de la Bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite Nengapeta et 25ème anniversaire du Bienheureux Isidore Bakandja.

C’est à cet effet que le Pape a consacré ce majestueux pays au milieu de l’Afrique et deuxième poumon climatique mondial après l’Amazonie entre les mains de ces deux témoins de la foi pour qu’au nom de Dieu-Amour et avec l’aide des populations voisines, l’on renonce aux armes, se détourner des voies de l’égoïsme qui provoquent des conflits et des guerres.

Raymond Okeseleke L.


(ROL/PKF)