Le Chef de l’État congolais Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui séjourné depuis  dimanche à Bangui pour une visite de travail de 48 heures a assisté le jour même, en compagnie de son homologue centrafricain, Faustin-Archange Touadera au défilé organisé sur le boulevard des Martyrs dans le cadre des festivités commémoratives du 61ème anniversaire de la proclamation de la République Centrafricaine.

Il a été accompagné par plusieurs personnalités dont les membres du gouvernement, de son cabinet dont son Conseiller Spécial en matière de sécurité, M. François Beya.

Tout le gouvernement centrafricain ainsi que tous les corps constitués étaient présents pour accueillir le président congolais à  l’aéroport Mpoko de Bangui dont le tarmac a servi d’une parade d’honneur après l’exécution de  l’hymne national de la RDC avant des échanges avec son homologue centrafricain au Palais de la Renaissance (Palais présidentiel).

C’est en 1958 que le Président Barthélemy Boganda créait la République Centrafricaine devant remplacer l’Oubangui Chari. Depuis, ce pays a traversé plusieurs crises parmi lesquelles celle de 2013 avec la présence des groupes armées qui l’ont déstabilisé.

La RDC et la Centrafrique partagent 1600 km de frontière naturelle. Contrairement aux autres pays voisins, la RDC est le seul pays qui rassure la RCA, pour n’avoir jamais servi de base arrière à des forces négatives centrafricaine et ou apporté son soutien à ces forces.

Par ailleurs depuis quelques années, des officiers centrafricains bénéficient des formations dans des académies militaires de la RDC.

A titre d’exemple, en 2020, une cinquantaine d’entre eux ont pris leur inscription au Collège de Hautes Etudes Stratégiques et de Défense à Kinshasa. La Centrafrique est un pays enclavé. Son économie dépend en grande partie de la RDC. Tel est le cas de son carburant qui transite par la RDC.

Boni Tsala T.


(BTT/PKF)