L'église a pour rôle de proclamer la vérité et rien que la vérité dans tout ce qu'elle entreprend et amener la communauté des fidèles, et des croyants à demeurer sur cette voie pour faire triompher la voie de l'Eternel et faire éclater la lumière au milieu de son peuple.

C'est là même la mission des évêques, qui sont des pasteurs, appelés à conduire et à orienter le peuple de Dieu.

Mais si les évêques, plutôt que de demeurer dans cette vision, propose ce qui est contraire à la vérité par la manipulation de l'information, on s'attaque sans le savoir aux piliers qui soutiennent les fondements moraux de la société. La Conférence Episcopale Nationale du Congo(CENCO) est malheureusement tombée dans ce piège.

On ne sait pas toujours pour la gloire de ce qui, en faisant croire à l'opinion qu'elle a aligné 40.000 (Quarante mille) Observateurs
pour les élections du 30 décembre 2018.

Alors que les réalités sur terrain, indiquent que la CENCO n'avait en réalité, déployé que 17 000 (Dix-sept-mille) observateurs au total dans les différentes circonscriptions à travers le pays selon la CENI. Elle n'a donc pas, contrairement à ce qu'elle fait croire, des données suffisantes pour prétendre maitriser l'électorat national où 75.000 (Soixante- quinze-mille) bureaux de votes étaient opérationnels le dimanche 30 décembre 2018. L'Eglise a une mission prophétique et sacrée, celle de construire la paix et la concorde et non la division, la haine et le mensonge.

C'est le travail de l'ennemi, le diable qui est le père du mensonge, mais Dieu que prêche la sainte Bible, est vérité, vie et amour.

En faisant avaler une nourriture souillée à la population, la CENCO en réalité, ne contribue pas à la construction de la paix, et de l'harmonie dont la nation a grandement besoin ce Jour.

Bien gérer l'Information 

La CENCO sait pertinemment bien que l'information est une arme redoutable. On doit bien la gérer pour préserver la sécurité et le bonheur du peuple. Le contraire est plutôt dangereux.

C'est pour cela, dans la profession, et suivant l'éthique et la déontologie du journalisme, il est formellement recommandé de se taire, quand on n'a pas l'information. Mais si la haute hiérarchie de l'église Catholique, sensée ne dire que la vérité, publie des chiffres ne correspondant pas à la réalité, il y a là un pas dont elle ne devrait pas franchir. Et qui risque de jeter non pas un discrédit à proprement parler mais quelque chose qui ne l'épargne pas de la souillure du monde. Dans le monde des medias, une seule phrase mal articulée, peut embraser tout une ville, un pays ou une région. Cas de la radio mille Colline qui a provoqué en 1994 le génocide de triste mémoire au Rwanda que le monde entier a déploré avec 800 mille morts.

L'Eglise n'a pas vocation à provoquer le chaos mais à promouvoir plutôt la justice, à construire l'harmonie et à préserver la paix et l'équilibre dans la société.

Ntumba Mvemba/L’Observateur 


(TN/PKF/Yes)