Le comité de politique monétaire (CPM) a, au cours de sa 11èmeréunion ordinaire tenue vendredi à Kinshasa, sous la présidence du gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC) et président de ce comité, Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, encouragé le gouvernement à poursuivre les efforts d'amélioration dans la mobilisation des recettes publiques et de rationalisation des dépenses en procédant aux arbitrages nécessaires dans le cadre de la politique budgétaire, indique un communiqué de cet institut d'émission parvenu samedi l'ACP.

Selon la source, au plan national, le CPM a noté que l'activité économique demeure prospère sur fond d'une relative stabilité sur tous les marchés. La source affirme que sur base des réalisations de la production à fin septembre 2018, la croissance du Produit intérieur brut (PIB) réel serait de 4,1%, soit le même rythme de création des richesses précédemment estimé au regard des données disponibles à fin juin.

Ce niveau, en progression de 0,4 point de pourcentage par rapport à 2017, est expliqué principalement par la performance du secteur primaire, sous l'impulsion des industries extractives. Le communiqué indique également que paradoxalement, les chefs d'entreprises sont demeurés globalement pessimistes, pour le troisième mois consécutif, au sujet de l'évolution de la conjoncture économique du pays, avec un solde global d'opinions établi à -5,4% au mois de novembre 2018, après un fléchissement à -3,1% un mois plutôt.

Cette évolution défavorable du solde d'opinions serait attribuable principalement aux facteurs internes, lesquels ont affecté les secteurs des mines, de la construction et des services, précise la source. Concernant les prix à la consommation, le CPM s'est félicité de la poursuite de la 
stabilité sur le marché des biens et services.

L'inflation, en termes mensuel, s'est située à 0,478% en novembre 2018, souligne la même source, avant de souligner que les perspectives pour l'année 2018, sur base des réalisations à la deuxième semaine du mois de décembre courant dont l'inflation cumulée a atteint 6,907%, laissant entrevoir un taux d'inflation de 7,193% face à un objectif à moyen terme de 7,0%.

Le CPM note un déficit de 17,0 milliards de FC au mois de novembre 2018 

S'agissant des finances publiques, le Comité de Politique Monétaire a noté une détérioration du solde des opérations financières de l'Etat, attestée par un déficit de 17,0 milliards de FC au mois de novembre 2018, ramenant les excédents budgétaires annuels à 198,1 milliards FC.

Ce creusement du déficit est imputable, notamment à l'expansion des dépenses courantes dans un contexte de tarissement des recettes, indique le communiqué du CPM, ajoutant qu'au 19 décembre 2018, le solde mensuel des opérations du trésor était déficitaire de 146,8 milliards de FC, réduisant les excédents budgétaires annuels à 46,5 milliards de FC. Pour ce qui est de l'exécution du plan de trésorerie de la BCC, elle s'est soldée par un excédent de 5,0 milliards de FC à fin novembre 2018.

Sur le marché des changes, le CPM a noté que les taux des changes sont restés globalement stables en 2018 sur les différents segments du marché. Le cours indicatif a fluctué dans la fourchette de 1.604,98 FCI USD à 1.632,18 FC.

Cette même tendance a caractérisé le marché parallèle où le taux s'est établi entre 1.636,83 FC/USD et 1.651,50 FC. D'octobre 2018 à novembre 2018, il a été observé des dépréciations de 0,02% du cours indicatif et de 0,07% du taux parallèle, lesquels se sont situés respectivement à 1.632,18 FC le dollar américain et à 1.649,50 FC. Quant aux réserves des changes à fin novembre, elles se sont établies à 1,005 milliards d'USD, soit quatre semaines d'importations des biens et services.

Dilatation de la base monétaire d'environ 35,5 milliards de FC en novembre 2018 

Le comité de politique monétaire a, par ailleurs, fait savoir qu'au niveau du secteur monétaire, il a été noté une dilatation de la base monétaire d'environ 35,5 milliards de FC en novembre 2018, en raison de la réapparition des déficits publics. Au niveau des contreparties de la 
masse monétaire, la même source indique que la progression est expliquée principalement par l'accroissement des avoirs intérieurs nets impulsés par le crédit net de l'Etat (+48%).

C'est dans ce contexte que la BCC a activé son bon, de manière à ponctionner la liquidité et permettre à l'encours de doubler d'un mois à l'autre en s'établissant à 35,0 milliards FC, ajoutant qu'à la deuxième semaine du mois de décembre cet encours a atteint 40,0 milliards de FC, occasionnant une ponction annuelle de la liquidité de 5,0 milliards FC.

A l'issue des échanges, le CPM qui suit de près la conjoncture, a décidé de maintenir inchangé le dispositif actuel. Ainsi le taux directeur est maintenu à 14%, les coefficients de la réserve obligatoire sur les dépôts en devises à vue et à terme, demeurent respectivement de 
13,0% et 12,0% et ceux pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme, à 2,0% et 0,0%. La BCC entend recourir à tous ces instruments, le cas échéant, pour garantir la stabilité du cadre macroéconomique, indique-t-on.

ACP 


(TN/TH/Yes)