« Comparée aux prévisions, soit 34. 464. 355, 067,00 Fc, les réalisations pour cet exercice ont connu un dépassement de 17.091. 999,02 Fc, équivalent de USD 31.240.000, soit une réalisation de 149,59% par rapport aux assignations de 2017.

La taxe IDEF a été instaurée en mars 2009. Elle est opposable à tous les passagers qui embarquent n'importe quel aéroport de la RDC. Ainsi, 15 dollars américains ou son 
équivalent en francs congolais sont exigés pour tout passager voulant se rendre en provinces. Quant à ceux qui se déplacent en dehors du pays, américains ou son équivalent en 
francs congolais avant tout embarquement.

En 2014, l'administrateur directeur général de la RVA, Abdallah Bilenge, a déclaré que les recettes de la taxe de fonds de développement pour les infrastructures aéroportuaires (IDEF), étaient gérées de manière transparente. Pour lui, cet argent a permis de réhabiliter les infrastructures de plusieurs aéroports à travers le pays. Il répondait ainsi à l'Association africaine de défense des droits de l'Homme (Asad ho) qui dénonçait « l'opacité autour de la gestion de cet argent alors que le gouvernement provincial de Kinshasa a instauré une nouvelle taxe de statistiques d'embarquement dans les avions ».

Le directeur général de la RVA a expliqué qu'avec une moyenne de 400.000 passagers qui voyagent chaque année à partir des aéroports du pays, cette taxe a généré environ 80 millions dollars américains en quatre ans. Abdallah Bilenge a ajouté qu'une partie de cet argent a permis de réhabiliter la piste de l'aéroport de N'Djili.

« Nous avons commencé le premier chantier; la réhabilitation de la piste de N’Djili. Le coût de ce marché tourne autour de 60 millions de dollars américains. C'est un prêt d'Exim Bank, remboursé par l’IDEF », a-t-il affirmé. Le patron de la RVA souligne que les recettes de l'IDEF ont également permis de construire d'autres infrastructures à l'aéroport de N'Djili.

« Quand vous passez à l'aéroport de N'Djili, vous voyez des infrastructures. Il y a un bloc technique, une centrale électrique, une caserne anti-incendie qui est en train d'être construite également. Et les mêmes travaux se font également à Lubumbashi », a-t-il indiqué.

Olivier Kaforo/Le Potentiel 


(TN/TH/GW/Yes)