M. Yves Guypers qui a jugé positif ce bilan 2017 en raison l’environnement économique et monétaire de l’année 2017, aindiqué qu’il a connu une hausse suite à la croissance économique mondiale, précisant que la banque commerciale du Congo a atteint ses objectifs. Comparés à l’exercice 2016, les principaux indicateurs du bilan et de la performance de Banque Commerciale du Congo présentent une nette amélioration au cours de l’exercice 2017. Ainsi, cette institution bancaire dispose des fonds propres à hauteur de 116.296 millions CDF, représentant 74 mille dollars américains, soit une augmentation de 14% par rapport à l’exercice 2016. Les fonds en dépôt de l’ordre de 771.806 millions CDF dont 76.120 millions en CDF et 691.516 mille en dévises, soit une hausse de 434 milles USD. Les crédits à décaissement s’élèvent à 449.056 millions CDF en 2017 contre 381.910 millions en 2016.

Les indicateurs de performance de la BCDC se font remarquer également par le produit net bancaire qui se situe à 126.994 millions CDF en 2017 contre 96.993 millions CDF en 2016. Les charges d’exploitation sont à 88.994 millions CDF, la dotation aux amortissements à 5.954 millions CDF et celle de aux provisions à 17.301 millions CDF, soit une augmentation de 14% par rapport à 2016 et l’impôt sur le résultat se situe à 6.640 millions CDF, représentant -37% pour ce dernier produit. Par contre le résultat net après l’impôt est estimé à  -26%.

Par ailleurs, le cours de change indicatif CDF par rapport au dollar américain s’est situé à 1.591,91 FC congolais.  Le ratio de rentabilité financière net et fonds propres est à 11% contre 17,6% en 2016.

Sensibiliser les congolais  au respect des exigences internationales 

A l’occasion de la présentation dudit rapport à Lubumbashi, Yves Guypers a indiqué que la BCDC souhaite sensibiliser les partenaires et souligner l’importance du système bancaire congolais, en les invitant à la conformité et au respect des exigences internationales. Il a, par la suite, rappelé le rôle de l’Association congolaise des banques en la matière et l’importance que détient la Banque commerciale du Congo (BCDC), qui est une particularité sur la présentation plus développée dans les aspects de la gestion prudentielle et adéquate des fonds propres. « Le budget 2018 s’inscrit dans le même schéma que celui de 2017, car il gère et réduit le risque en préservant les liquidités et permet à cette dernière de s’adapter aux nouvelles normes réglementaires, afin de développer les multiples aspects de la gouvernance et de la conformité qui devient un sujet plus important », a-t-il renchéri.

Par ailleurs, le DG de la BCDC s’est déclaré convaincu que 2018 sera une très bonne année  pour le secteur et fera la particularité de la BCDC. Le défi de demain reste à relever celui du renforcement d’insolvabilité, car cela fait partie de l’exigence de la banque commerciale, précisant que cette dernière demande beaucoup d’efforts. Il a, en outre ajouté, le défi de la gouvernance qui est fait avec les partenaires et les associations des banques pour le développement et le renforcement de la conformité.

Yves Guypers a remercié les clients de leur confiance, de leur patience et de leur compréhension, de leur apport, de leur contribution pour l’évolution de la BCDC. Il a laissé entendre que la Banque commerciale du Congo est le banquier de référence en RDC depuis 1909 et elle connait, comprend, et mesure les besoins de financement des principaux opérateurs économiques et met à leur disposition des compétences éprouvées aux niveaux international et national, a-t-il rappelé.

ACP 


(TN/Yes)