Les sociétés d'électricité du Pool énergétique de l'Afrique centrale (PEAC) ont convenu de mobiliser des ressources financières pour augmenter la production de l'électricité dans la région, au cours de la réunion extraordinaire du comité de direction tenue mercredi, à Kinshasa et à laquelle ont pris part des experts et des chefs d'entreprises d'électricité de cette organisation.

Ces fonds permettront de réaliser des projets intégrateurs, en vue de fournir une énergie électrique fiable et abordable au profit des industries, des petites et moyennes entreprises ainsi qu'aux populations de la sous-région. De son côté, le secrétaire permanent du PEAC, Jean-Chrysostome Mekondongo, a mis un accent particulier sur l'importance de la coopération au sein de cette organisation pour la mise en œuvre des stratégies et des projets intégrateurs, afin de booster l'électrification transfrontalière au bénéfice des populations de l'espace PEAC.


Pour sa part, le directeur général adjoint de la Société nationale d'électricité(SNEL), Fabrice Lusinda wa Lusangi, dont la société assume la présidence tournante du comité de direction du PEAC, les travaux de Kinshasa étaient attendus pour passer en revue le portefeuille des projets du PEAC particulièrement les projets intégrateurs prioritaires (PIP) qui sont, a-t-il indiqué, les vecteurs du développement des réseaux électriques d'interconnexion entre les Etats membres du PEAC.

Il y a également des projets du programme d'électrification transfrontalière (PPET), constituant le point de départ vers un accès à l'électricité des populations vivant dans des villages frontaliers.

A cette occasion, il a rappelé l'expérience des autres Pools énergétiques qui sont exclusivement financés par les sociétés d'électricité, indiquant qu'il est du devoir statutaire de financer la mise en œuvre pérenne du mandat du PEAC afin d'assurer le développement du secteur énergétique de la sous-région.

La SNEL respectueuse de ses engagements 

La SNEL participe également aux programmes de renforcement des capacités initiés par le Secrétariat Permanent du PEAC au profit des sociétés d'électricité de l'Afrique Centrale.

Sur le plan financier, la SNEL veille à la liquidation prompte du paiement de ses contributions statutaires et procède à des paiements anticipés, a dit le DGA, indiquant que son apport dans le cadre de la stratégie de mise en œuvre des projets énergétiques régionaux se traduit notamment par son implication dans la dynamique de l'accélération du processus de mise en œuvre des projets liés à la République Démocratique du Congo, tels l'alimentation de la ville de Zongo dans l'Equateur par la République Centrafricaine, l'alimentation des localités centrafricaines par la centrale hydroélectrique de Mobayi Mbongo en RDC, le renforcement de l'alimentation de Noqui en Angola et l'alimentation de plusieurs localités angolaises à partir d'Inga.

A cela s'ajoutent l'interconnexion des réseaux électriques Inga-Cabinda-Pointe Noire qui permettra d'assurer la sécurité d'alimentation des villes de Brazzaville et de Pointe Noire au Congo, Cabinda en Angola, Moanda, Boma, Matadi et Kinshasa en RDC.

La RDC, faisant partie des organisations régionales, telles la CEPGL, le SINELAC, le SAPP, l'EAPP et le PEA, l'intégration économique constitue, pour elle, un facteur de paix, de sécurité et de développement dans la sous-région, a-t-il laissé entendre, saluant l'apport de la Banque africaine de développement (BAD), de l'Union européenne, de la Banque mondiale, du Département d'Etat américain en faveur des Etats et des sociétés d'électricité du PEAC.

Par ailleurs, le DGA de la SNEL a rendu un vibrant hommage au Président de la RDC, Joseph Kabila Kabange, pour sa vision et son engagement en faveur de la coopération énergétique régionale. Institution spécialisée de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), le PEAC est chargé notamment de la mise en place d'une politique énergétique régionale, la construction des infrastructures communautaires, la mise en place des conditions légales, techniques et commerciales pour accroitre les investissements et les échanges d'électricité dans l'espace CEEAC.

Sa mission est de contribuer à l'établissement de conditions favorables à la construction d'un marché régional de l'électricité et des services connexes, en vue de fournir aux industries et aux populations une électricité fiable à des prix abordables.

Les sociétés d'électricité de l'Angola, du Cameroun, du Burundi, de la République Centrafricaine, du Congo/Brazzaville, du Gabon, de la Guinée Equatoriale, du Tchad et du Sao Tome et Principe sont membres du PEAC.

ACP 


(BT/Rei/GW/Yes)