Tous les responsables de la coordination à Beni, Mabalako, Butembo et Mandima se sont réunis au quartier général de la riposte à Beni avec tous les partenaires afin de faire une évaluation du premier mois de la riposte. Les acteurs présents ont revu en détail chaque pilier de la riposte pour identifier les forces et les faiblesses des actions menées jusqu'à présent et déterminer les nouvelles approches à adopter.

Parmi les nouvelles approches, figurent notamment l'amélioration de l'interdisciplinarité entre les différents piliers de la riposte et le renforcement des formations sanitaires locales surtout en matière de prévention et contrôle des infections.

Le rapport des discussions sera présenté au ministre de la Santé publique, Oly Ilunga et à la coordination centrale de Kinshasa dans les prochains jours.

Fin août 2018, la coordination de la riposte avait procédé à la destruction du matériel et la fermeture du centre de santé de Mapendo, situé dans le quartier de Ndindi dans la ville de Beni après que deux personnes aient été infectées par le virus après leur passage au centre de santé. Cette action avait été vivement contestée par la population du quartier.

Le comité local composé de leaders communautaires de Ndindi avait fait un plaidoyer auprès de la coordination pour la réouverture du centre de santé.

Le mardi 11 septembre, le coordonateur de la riposte, le Dr. Ndjokolo Tambwe Bathe, a procédé à la remise de matériel neuf pour entièrement rééquiper le centre de santé qui pourra reprendre prochainement ses activités avec une nouvelle équipe médicale, à la grande satisfaction de la population,

Par ailleurs, depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 8 444 personnes ont été vaccinées, dont 3 613 à Mabalako, 2533 à Beni, 1 307 à Maniema, 444 à Butembo, 220 à Masereka, 150 à Katwa, 121 à Oicha et 56 à Kinshasa (personnel médical déployé).

Parlant de la situation épidémiologique de mercredi 12 septembre 2018, au total, 133 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région, dont 102 confirmés et 31 probables.

Sur les 102 confirmés, 61 sont décédés et 37 guéris. 19 cas suspects sont en cours d'investigation. 1 nouveau, cas confirmé à Butembo : un agent de santé du centre de santé dans lequel le premier cas confirmé de Butembo a été pris en charge transitoirement. Signalons qu'aucun nouveau décès n’a été signale.

Butembo : l'épidémie à virus Ebola franchit la barre de 100 cas confirmés 

La maladie à virus Ebola est loin d'être envoyée en RDC. En fait, ce virus a franchi ainsi la barre de 100 cas confirmés dans la région depuis août. Pour cela, il revient à l'autorité de la RDC et ses partenaires de redoubler d'efforts afin de réduire cette fameuse maladie qui continue à décimer la population.

Un nouveau cas de l'épidémie à virus Ebola a été confirmé mercredi 12 septembre 2018 dans la ville de Butembo, dans la province du Nord-Kivu. Il s'agit d'un agent de santé travaillant dans la structure où le premier décès de la maladie a été pris en charge transitoirement la semaine dernière, souligne le ministère de la Santé publique.

En clair, le virus Ebola franchit ainsi la barre de 100 cas confirmés dans la région depuis août. Au total, 133 cas de fièvre hémorragique sont signalés dont 102 continués et 31 probables, 61 décès et 37 patients sont guéris, d'après les derniers chiffres du ministère de la Santé. Alors que 19 cas 
sont en investigation.

Pour rappel, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé mercredi qu'elle va apporter son appui technique contre la propagation du virus dans six provinces du pays (Bas-Uélé, Haut-Uélé, Ituri, Maniema, Sud-Kivu et Tanganyika) en communication avec les provinces du Nord-Kivu et de l1turi où sévit actuellement l'épidémie.

Des équipements de protection Individuelle (EPI) ainsi que d'autres matériels et outils essentiels de prévention et contrôle de l'infection octroyés par l'OMS pour les hôpitaux généraux de référence et formations sanitaires identifiés, permettront de s'assurer que les personnels de santé de première ligne recevront au cours de trente jour à venir les formations et capacités requises pour se protéger avant toute prise en charge des cas suspects.

Une nouvelle personne a été guérie d'Ebola dans la ville de Butembo où un décès de cas confirmé a été rapporté la semaine dernière, rappelle-t-on. D'autre part, l'OXFAM, une organisation d'assistance humanitaire, a exprimés ses préoccupations sur la propagation de l'épidémie d'Ebola dans l'Est de la RDC. En fait, l'ONG redoute que cette maladie se répande dans des zones contrôlées par des groupes armés qui sévissent depuis plusieurs années dans cette partie du pays.

Face à cela, il revient à l'autorité de la RDC et ses partenaires de redoubler d'efforts afin de réduire cette fameuse maladie qui continue à décimer la population.

Lucie Ngusi/Le Potentiel 


(TN/Rei/GW/Yes)