Les Congolais de la République démocratique du Congo patientent toujours pour la mise en application effective des mesures gouvernementales contre la production, l'importation, la commercialisation et l'utilisation des sacs, sachets et autres emballages non biodégradables. Et pourtant, l'application de cette mesure a été fixée au 1er juillet 2018.

Sur le terrain, constate-t-on, tout marche comme si de rien n'était. La production et la commercialisation des objets en plastique non biodégradables continue et les poubelles ainsi que des caniveaux continuent à recevoir ce genre de plastique. Que faire? Observateur de la nature congolaise, 
Sylvain Musasa Kazadi propose que le gouvernement central, à travers le gouvernement provincial de Kinshasa, mette en place des structures de gestion et de recyclage des déchets en plastique non biodégradables. Car, selon lui, certains pays d'Afrique ont déjà créé de l'emploi à partir des déchets en 
plastique biodégradable. Ils utilisent ce genre de plastiques pour la fabrication des pavés, chapeaux, paniers ménagers, etc.

Dans son projet élaboré depuis 2015, intitulé «Projet de recyclage des ordures-ménagers », Sylvain Musasa Kazadi décrit la manière dont ses propositions peuvent être appliquées afin d'assainir l'environnement, de créer les emplois et surtout d'avoir des produits agricoles sans engrais chimiques à Kinshasa.

Pour y arriver, il note qu'il y a six différentes étapes à suivre, à savoir l'identification de l'ordure ménagères, la création d'un site de stockage et de tri, la mise en place d'un service de ramassage, et celui d'évacuation des déchets et d'une structure de formation.

Profitant de cette occasion, Sylvain Musasa informe que Roger Mila, ancienne vedette de l'équipe nationale de football du Cameroun, Les Lions Indomptables, a déjà mis en place dans son pays une structure qui s'occupe de la gestion et de recyclage des déchets en plastiques non biodégradables.

Selon le site web https:// www.africatopsuœess.com, l'entreprise Hygiène et salubrité du Cameroun (Hysacam) a très vite compris ce défi. Fabriquer des pavés à partir des déchets plastiques est possible grâce à l'idée de l'ambassadeur itinérant Roger Milla, ancienne vedette des Lions Indomptables». Et la source web ajoute qu'avec une centrale de captage et de traitement du biogaz à Douala, Hysacam 
assure une gestion des déchets qui permet tant bien que mal de réduire l'engorgement de la ville jadis inondée par des flots de déchets, En constante croissance, les entreprises proposent de plus en plus de projets innovant à base du recyclage de déchets, un secteur porteur qui a déjà créé plus de mille 
emplois.

Interrogé par l'Agence France Presse (AFP), Roger Milla dit que « nous avons lancé ce projet pour lutter contre la pollution, mais aussi pour créer des emplois pour des jeunes désœuvrés, » Les statistiques du ministère camerounais de l'Environnement et de la Protection de la nature fait état d'environ 600 000 tonnes de déchets en plastique produites chaque année au Cameroun. Il y a de la matière, Encore de quoi travailler et réduire tant soit peu la pollution du pays, C'est depuis fin juin 2015 que Roger Milla recyclé des déchets en plastique pour paver les rues du Cameroun.

Delphin Bateko/Le Potentiel 


(CL/Rei/GW/Yes)