La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) demande au gouvernement et à l’hôtel de ville de renforcer le charroi automobile de la société TRANSCO et NEW TRANSKIN ainsi que d’assainir leur gestion afin d’améliorer leur capacité opérationnelle sur terrain afin de mettre fin aux difficultés liées au transport en commun à Kinshasa.

La VSV dit observer avec beaucoup d’inquiétude « les graves souffrances endurées par la population kinoise en matière de transport en commun, consécutivement aux mesures de contrôle de conformité prises par les autorités urbaines en vue de lutter contre l’éclosion galopante du banditisme urbain, caractérisé entre autres par les enlèvements et agressions à mains armées ».

Les transporteurs privés ont été tous obligés de peindre en couleur jaune leurs véhicules et d’acquérir auprès de l’Hôtel de Ville de Kinshasa un numéro à afficher imprimé sur autocollant pour faciliter l’identification des véhicules commis au transport en commun.

Depuis l’expiration du moratoire accordé aux taxis, taxi-bus et bus de se mettre en ordre, les conditions de transport en commun se sont davantage détériorées avec une aggravation conséquente résultant de la rareté des moyens de transport en majeur partie appartenant aux privés non encore en règle.

« Bien que jugées salutaires par la population, l’entrée en vigueur, desdites mesures ont exacerbé une situation déjà précaire dans le domaine de transport en commun à Kinshasa où sortir le matin et rentrer le soir constitue actuellement un véritable calvaire, compte tenu de l’insuffisance criante des bus et minibus mis en circulation par l’Hôtel de ville de Kinshasa à travers NEW TRANSKIN et le Gouvernement central avec la société de Transport en Commun au Congo (TRANSCO) », ajoute l’ONG.

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme demande à l’Hôtel de Ville et à la police de reconduire le moratoire pour une durée de deux mois en vue de permettre aux transporteurs non en règle de se mettre utilement en ordre, et ce, aux fins d’atténuer l’indicible souffrance endurée par la population kinoise.

L’organisation plaide également pour la réhabilitation les trains urbains afin de réduire sensiblement les tracasseries dues au déficit des moyens de transports en commun à Kinshasa.

Deskeco.com 


(CL/Yes)