Il a été aussi question de s’assurer de l’application de différentes recommandations formulées à l’équipe de l’axe Lisala après la dernière mission effectuée en mars 2016, signale caritasdev.cd.

Ce projet prendra fin au courant du dernier semestre de l’année 2018. C’est dans ce sens qu’il fallait aussi réfléchir avec la communauté sur le processus de désengagement progressif du programme vis-à-vis de celle-ci, en faveur des Comités locaux de Réduction aux Risques des Catastrophes (RRC) mis en place, a indiqué Mr José POKA.

Les sites  d’Umangi, Konga-Bondaba et Mokaria visités 

A Umangi, site situé dans la partie ouest de la province de Mongala, le long du fleuve, à une vingtaine de kilomètres de Lisala, cette mission a permis de se rendre compte de l’effectivité des éléments de réponse aux risques et menaces liés aux catastrophes que le programme et les comités avaient mis en place à travers les actions de petites envergures.

Le site d’Umangi  est  plus lié aux menaces  des  vents violents et quelques érosions de rive et des inondations.

« Nous avions échangé sur l’appropriation par la communauté des ouvrages réalisés et leur maintenance. Car, leur entretien était beaucoup plus assuré jusque-là par l’apport du projet. L’implication de la communauté dans l’appropriation des ouvrages est d’une importance capitale ; mais, celle-ci se sent à peine à Umangi », a relevé le Chargé de Suivi et Evaluation de ce projet.

Dans la dynamique de l’implication de la communauté à Umangi, les autorités politico-administratives ont exprimé leur volonté d’accompagner celle-ci par la sensibilisation. Pour les ouvrages restants, il y a eu la capacitation à travers les différents ateliers qui ont été organisés dans ce site, a ajouté Poka.

A Konga Bondaba, la difficulté qu’a connue autre fois l’équipe de la mise en œuvre dans ce site, à la suite de l’identification des bénéficiaires aux distributions des kits des semences, des outils aratoires et des matériels de pêche semble être dissipés. Les membres de la communauté de Konga est très active et très impliquée à la satisfaction de tous. Elle comprend pourquoi tous les ouvrages ont été mis en place dans les réponses aux menaces permanentes auxquelles elle reste confrontée (érosion, vent violent et inondation).  



En rapport aux inondations, la population victime de celle-ci à Konga a accepté de déménager. Onze familles ont accepté de se délocaliser vers un site plus protégé avec l’appui du programme.

Par rapport aux érosions, un dispositif a été mise en place qui permet de relier la grande route et faciliter l’écoulement direct de l’eau dans le fleuve. En somme, pour José POKA, l’évolution du programme est satisfaisante, mais une attention devra être accordée au site Umangi.  Notamment sur non seulement la redynamiser le comité, le travail de l’animateur et de la communauté, mais aussi implication des autorités politico-administratives a-t-il précisé.

Pour rappel, le PRRC vise à contribuer à l’atténuation des effets des catastrophes et au renforcement de la résilience des communautés qui en sont rendues vulnérables.  Il est financé par le Gouvernement belge/DGD. Ce projet est exécuté dans la Province de la Mongala, et plus spécifiquement dans dix sites sélectionnés sur les Territoires de Lisala et de Bumba. Commencé en octobre 2016, il se clôture au courant du 2ème semestre de l’année 2018.

Caritasdev.cd/Le Potentiel 


(CL/Rei/Yes)