L’emploi en République Démocratique du Congo est une denrée précieuse et rare. Beaucoup de jeunes congolais, en général, et particulièrement ceux de Kinshasa sont en perte de vitesse.

Ils s’adonnent parfois à des actes qui ne méritent pas l’approbation de la société. Et la raison majeure de ce méfait est due au taux élevé des chômeurs dans le pays pourtant dit si riche. Que faut-il faire ? Faudra-t-il mourir parce que les gouvernants n’arrivent pas à réaliser leurs promesses tant réclamées, celles de l’amélioration du sociale ?

Ah ! Si pour les uns leur bien-être est tributaire des actions du pouvoir public, il n’en est pas question pour Blaise Mbala qui arrive à supplanter la crise politico, économico, sociale qui frappe le pays depuis plusieurs années. Avec son métier de serrurier, ce jeune de 30 ans arrive à subvenir aux besoins de sa petite famille.

Saisissant l’occasion que lui a offerte La Prospérité, il a pris soin de conseiller aux jeunes de suivre son exemple en apprenant au moins un métier. ‘’ J’étais, également, perdu dans mes pensées quand plus rien ne marchait dans ma vie.

J’ai appris à réparer les clés, aujourd’hui je m’en sors tant bien que mal dans mes besoins de premières nécessités. Je profite de cette occasion pour exhorter les jeunes à ne pas se distraire du climat politique du pays qu’ils apprennent plutôt des métiers, ceux qui leurs permettront de faire face aux situations difficiles’’, a-t-il lancé.

Expliquant les méandres de son métier de serrurier, il souligne que c’est un service noble qui lui permet de venir au chevet de ceux qui arrivent à abimer soit à perdre leurs clés de la maison, des bureaux, ceux de contact de leurs voitures etc.

Il réfute les allégations selon lesquelles il faciliterait mieux les cambriolages en falsifiant les fausses clés. ‘’Il n’existe pas une clé passe-partout. Les voleurs dans les opérations s’amènent avec plusieurs clés, ils tentent d’en utiliser chacune jusqu’à tomber sur le bon’’, a-t-il martelé.

Faut-il signaler au passage que Blaise Mbala outre qu’il soit serrurier, il est aussi électricien automobile. Chaque matin, il quitte son quartier montagneux de Zappé, pour se lancer en ville à la quête des marchés.

Francis Sengeyi/La Prospérité


(BTT/PKF)