Le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et intégration régionale, Léonard She Okitundu, a procédé à l’ouverture, mercredi au Pullman Grand Hôtel de Kinshasa, de la 5ème édition de La semaine française sous le thème « La sécurisation des affaires. Une nécessité. Un défi».

Il a fait savoir que le thème choisi pour cette édition est un message fort que La semaine française a le mérite de lancer à tous les opérateurs économiques qui, malgré les périodes électorales, font que la vie économique se poursuit dans l’intérêt bien compris des populations congolaises.

Selon Léonard She Okitundu, La semaine française est aussi un moment d’échange et d’exposition du savoir-faire tant congolais que français, ainsi que sur des sujets aussi importants que l’assurance, les crédits, le soutien financier, les aspects légaux et la protection juridique des entreprises.

Il s’est félicité du rôle des entreprises françaises implantées en RDC dans le développement et le relèvement économique de ce pays. «Il est important que plus d’entreprises investissent en RDC où elles bénéficient d’un apriori positif et d’un avantage comparatif fort, le lien culturel au travers de la langue française», a-t-il dit, avant de révélé les domaines actuels des exportations françaises en RDC, notamment les équipements mécaniques (30%), les produits pharmaceutiques (28%), les produits agro-alimentaires (24%).

La langue française est médiatrice et non impératrice 

Le vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères a, par ailleurs, affirmé que la relation France-RDC se nourrit d’un lien privilégié fondé sur la Francophonie. Pour lui, la défense de la langue française se joue primordialement en RDC, pays comptant le plus grand nombre de locuteurs de français au monde. «Il est donc de bon aloi que le sort de notre organisation et les décisions y afférentes n’excluent pas le plus grand pays francophone qu’est la RDC», a-t-il renchéri avant de paraphraser un député français, Xavier Deniau qui disait que «la langue française est médiatrice et non impératrice».

Tour à tour l’ambassadeur de France, Alain Remy et le président du Chambre de commerce industrie franco-congolaise(CCFC) Ambroise Tshiyoyo ont salué cette 5ème édition de la semaine française, qui constitue un lieu d’échanges économiques et culturels.

ACP 


(CL/GW/Yes)