Le Conseil des ministres présidé jeudi au parc naturel de Kingakati par le Président de la République, Joseph Kabila Kabange, a adopté à l’unanimité la création d’une grande coalition politique électorale, dénommée « Front commun pour le Congo » (FCC) dont la signature de la Charte interviendra incessamment.

Selon le compte-rendu fait par le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication et médias, Lambert Mende, l’objectif de cette Charte sera de permettre à ses membres de participer sur base d’un programme commun à la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux des scrutins.

Il a souligné que les membres de la coalition apporteront leur soutien à une candidature unique à l’élection présidentielle.

A cet effet, le Président de la République reste l’initiateur et l’autorité morale du FCC. M. Lambert Mende a indiqué à ce sujet que chaque membre de la grande coalition garde son autonomie dans le respect de la Charte et reste ouvert aux partis politiques et aux forces sociales.

On savait la terre du Parc Naturel de Kingakati hyper fertile. Tout y pousse. Du maïs aux feuilles de manioc, en passant notamment par les arachides. Ce que l’on ne pouvait soupçonner, c’est qu’un jour, du sol de cette ferme présidentiel jaillirait un attelage politique inimaginable jusqu’il y a peu. Pourtant, c’est bien ce qui vient de se passer avec la naissance du Front Commun pour le Congo.

Cette méga coalition électorale regroupe toutes les forces politiques présentes au sein du Gouvernement. En somme, pour les élections de décembre prochain, la MP et alliés, ainsi que les différentes sensibilités du Rassop, dont les membres sont au sein de l’Exécutif, feront chorus. A la tête de cette vaste plate-forme électorale, le Raïs en personne, initiateur du FCC.

L’avènement de ce regroupement à très large spectre est un événement politique majeur aux allures d’un séisme. D’abord, parce qu’eu égard à son envergure, le FCC se pose déjà en un vaste pôle sur l’échiquier politique rd congolais, dont le champ irait de la MP au Rassop/Kasa-Vubu, en passant par d’autres regroupements politiques issus de l’opposition.

En plus, le réflexe légitimiste bien de chez nous devrait faire en sorte que des vocations supplémentaires naissent pour adhérer à cette vaste coalition. Au demeurant, la nouvelle plate-forme est ouverte à l’adhésion des partis et regroupements politiques, des personnalités indépendantes et de la Société civile.

Enfin, si elle ne signifie pas la mort par euthanasie de la MP, l’avènement du FCC, avec comme Big boss Joseph Kabila, aura pour effet de reléguer la mouvance kabiliste traditionnelle au second plan. Désormais, ce sera d’abord le FCC, ensuite le FCC et enfin le FCC. Un quasi tsunami dans la kabilie, dont les repères s’en trouvent bousculés. D’autant que derrière l’annonce suivront les nouvelles structures, avec forcément de nouveaux animateurs plus adaptés à la nouvelle donne.

ONDE DE CHOC

On peut déjà imaginer l’onde de choc, avec au passage des cas de conscience ou des remises en cause dans le chef de tous les dauphins potentiels. Ou tous ceux qui, dans la kabilie, rêvent d’être khalife à la place du Calife.

Ce n’est pas tout. L’arrivée sur le marché politique de la mastodonte FCC devrait obliger les différentes loges de l’opposition à faire bloc. Qui s’en plaindrait ? Si derrière ces stratégies électorales, se développe un discours assorti d’offre politique. On sait d’ores et déjà que la méga coalition conduite par le Raïs aura pour marqueur idéologique le souverainisme. En clair, le FCC se posera en défenseur de l’intégrité territoriale et de l’indépendance nationale.

Un thème de prédilection du camp lumumbiste-nationaliste, remis au goût du jour par le bras de fer en cours entre Kinshasa et certains pays et groupes d’intérêts, accusés de s’ingérer dans les affaires intérieures de la RDC. Et ce, pour certains en vue de faire main basse sur ses richesses et pour d’autres aux fins de dynamiter le pays trop grand à leurs yeux.

A n’en point douter, à six mois de l’échéance couperet, Joseph Kabila entreprend d’abattre ses cartes. Le joker ne devrait tarder à sortir du sol généreux de Kingakati.


Réunion conclusive de la retraite gouvernementale au parc de Kingakatidu 07 juin 2018.


Ce mercredi 07 juin 2018, le Président de la République, Chef de l’Etat, S.E. Joseph Kabila Kabange a présidé au Parc Naturel de Kingakati la Réunion Conclusive de la Retraite Gouvernementale tenue le jeudi 12 avril dernier.

Un seul point était inscrit à l’ordre du jour :

Conclusion de la Retraite sur l’Evaluation de la situation politique au regard des prochaines élections face aux impératifs de paix et de stabilité du pays ainsi que de l’action entreprise ensemble pendant la première année du Gouvernement dirigé par le Premier Ministre Bruno Tshibala Nzenzhe.

En liminaire, le Ministre d’Etat, Ministre de l’Economie a présenté le rapport du Comité Stratégique institué le 12 avril à ce sujet et comprenant des membres du Conseil des Ministres provenant de toutes les composantes du Gouvernement d’Union Nationale constitué par les Forces Politiques et Sociales signataires de l’Accord politique global et inclusif du 31 Décembre 2016 et de l’Arrangement Particulier du 27 avril 2017 à l’effet d’évaluer leur cheminement et penser des stratégies pour la réussite des actions futures en tenant compte des impératifs liés au processus électoral et à la poursuite de la reconstruction du pays par les patriotes Congolais eux-mêmes, quelles que soient leurs tendances politiques ainsi qu’aux voies et moyens de changer l’image de la classe politique congolaise, généralement jugée irresponsable et incapable de dégager un consensus minimal pour sauvegarder les intérêts vitaux de la Nation.

Le Comité de la Retraite Stratégique Gouvernementale qui s’est réuni sans désemparer depuis lors a dressé à l’intention du Conseil des Ministres un certain nombre de défis d’ordre politique, économique, social, sécuritaire et stratégique auxquels la République Démocratique du Congo, son peuple et ses institutions ont à faire face en cette période pré-électorale. Il est ressorti de ses cogitations l’impérieuse nécessité de cristalliser une synergie puissante des forces de la sagesse, de l’intelligence et du génie congolais sans exclusive d’aucune sorte afin de rendre possible dans la paix, la cohésion et l’unité, le développement autocentré et la stabilité au service des Intérêts Nationaux malgré diverses pressions extérieures.

C’est pourquoi le Comité a proposé la création d’une grande coalition politique électorale dénommée Front Commun pour le Congo, en sigle FCC, dont l’objectif sera de permettre à ses membres de participer, sur la base d’un programme commun, à la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux aux prochains scrutins pour lesquels les membres de la coalition apporteront leur soutien à une candidature unique à l’élection présidentielle.

Il est entendu que chaque membre de cette grande coalition garde son identité et son autonomie tout en restant soumis à la discipline du groupe et respectueux de ses devoirs en tant que membre dans le respect de la Charte du Front Commun pour le Congo dont la signature formelle interviendra incessamment. Monsieur le Président de la République Joseph Kabila Kabange est l’Autorité Morale du Front Commun pour le Congo du fait de son initiative et du caractère fédérateur de celle-ci.

Le FCC reste ouvert à l’adhésion des Partis et Regroupements politiques, des Personnalités indépendantes et de la Société civile

Après débats et délibérations, le Conseil des Ministres a adopté à l’unanimité ce projet.

Commencée à 10H50’, la Réunion du Conseil des Ministres s’est terminée vers 13 H00’.

Je vous remercie.


Lambert MENDE OMALANGA          

Ministre de la Communication et Médias,

Porte-parole du Gouvernement       


C.L./MMC/Forum des As


(CL/RPW/PKF)