L’annonce a été faite hier mardi 15 mai au cours d’une conférence de presse, animée par le porte-parole de la Police nationale congolaise, sur une décision signée par le Commissaire général de la PNC, Amuli Bahigwa Dieudonné, dans la cour de cette institution à Kinshasa.

Cela fait suite à la recrudescence de la criminalité dans les grandes villes, particulièrement à Kinshasa, où le rapt et l’enlèvement des citoyens au moyen des véhicules communément appelés « Ketch », et autres véhicules ont pris de l’ampleur.

Pour ce faire, toutes les mesures d’encadrement sont prises pour la réussite de cette opération, a fait savoir Pierrot Mwanamputu. « La PNC, a-t-il indiqué, va travailler conjointement avec les services de la DGI, DGRAD et de l’OCC qui mettront à la disposition des patrouilleurs les bases de données des différents véhicules. La police sera dotée de missions de contrôles de routine avec le lecteur code QR, qui seront appliqué sur les étiquettes, collées sur ces véhicules pour lire l’authenticité de véhicule, de la plaque, la couleur, le numéro de châssis et le nom du propriétaire », a expliqué le porte-parole de la PNC.

Pendant ce temps, il y aura une campagne de sensibilisation pour éduquer la population à télécharger le code QR qui est gratuit afin de leur permettre d’identifier si le véhicule est enregistré, a-t-il mentionné.

Par ailleurs, le Commissaire Mwanamputu a souligné que les récalcitrants s’exposeront à la rigueur de la loi. Avant de marteler : « ce ne sont pas seulement les propriétaires de ces véhicules qui sont concernés. Iil y a aussi ceux qui seront commis à des missions de patrouille qui ne le feront pas conformément aux directives de la hiérarchie ».

A ce stade, « nous n’allons pas permettre l’indiscipline de certains agents véreux qui vont continuer à alimenter l’insécurité de la population », a insisté le porte-parole de la PNC.

« Il n’y aura pas de dérogations pour qui que ce soit, car l’autorité suprême roule avec une plaque d’immatriculation visible. C’est anormal que nous acceptions cela pour toute autre personne. C’est de la subordination. Ce sera difficile de ne pas obtempérer. Cette fois, c’est la bonne. L’expérience nous a permis de rectifier les tirs. Nous allons traquer tout le monde », a-t-il conclu.

Cette décision fait suite à la réunion extraordinaire de sécurité, tenue le lundi 14 mai dernier, au cours de laquelle le commissaire divisionnaire principal instruisait tous les commissaires provinciaux, ainsi que les commandants des formations nationales spécialisées, de procéder à cette interdiction sous la bénédiction du Vice-premier ministre en charge de l’Intérieur et de la Sécurité. Le rendez-vous est donc pris pour ce matin sur les artères de la ville.

Forum des As 


(ROL/Yes)