Hier mardi 6 mars 2018, des informations parvenues à notre rédaction renseignent qu'un chambardement du gouvernement se profilerait à l'horizon. Ce, dans l'optique de l'application intégrale de l'Accord de la Saint-Sylvestre. Car, celui-ci demeure le passage obligé pour doter la RDC des institutions légitimes issues des élections crédibles, démocratiques et transparentes. D'aucuns savent que sans l'implication du Rassemblement Limete dans le processus en cours, la machine électorale va buter dans un cul de sac.

Selon ce qui se trame dans la haute sphère politique, la Majorité Présidentielle est appelée à composer avec le Rassemblement/Limete. A l'issue des discussions, Félix-Antoine Tshisekedi serait le prochain Premier ministre, Néhémie Mwilanya Wilondja est pressenti futur membre du gouvernement. Augustin Matata Ponyo serait le nouveau directeur de cabinet du président de la République. Le chef d'Etat-major général serait en route vers la retraite. Son successeur sera connu le moment venu.

Néhémie Mwilanya en route vers le gouvernement 

A en croire notre source, si les violons s'accordaient entre les deux familles politiques, une transition d'une durée à convenir pourra être organisée en prévision de l'organisation des scrutins dans un climat apaisé où les conditions sécuritaires seront quelque peu réunies. Cela peut paraître frustrant pour un pays qui aura connu des transitions éternelles. Si c'est le prix à payer pour une fin heureuse du processus, ça va de soi.

Pour rappel, se confiant à notre rédaction l'année passée, le professeur Yoko Ya Kembe estimait que « ça ne valait pas la peine d'aller aux élections dans la précipitation. Il était temps que des acteurs politiques se mettent d'accord sur le contenu de la transition et sa durée pour pouvoir conduire le peuple congolais aux urnes », Plus loin, il a indiqué que ça sera une occasion pour l'UDPS de se faire une santé financière devant permettre aux membres du 'parti de faire face aux enjeux électoraux.

Il sied de noter que la crise de légitimité en République démocratique du Congo touchera à sa fin en mettant sur pied des institutions élues. Ce n'est qu'à cette condition qu'on peut espérer la paix et la stabilité. Vouloir faire cavalier seul serait suicidaire. Il importe que les uns et les autres puissent se dépasser, mettent de côté leurs intérêts particuliers et égoïstes au profit de l'intérêt général.

Médard Muyaya/Le Potentiel 


(CL/Rei/Yes)