Ancien ministre de l’Environnement, président du Parti écologique congolais - PECO - et député national, Didace Pembe, élu de la circonscription électorale de Mushie, dans la province du Bandundu en 2011, a exprimé son engagement pour sa politique verte. Il a constaté que le XIVème Sommet de la Francopho4nie, tenu à Kinshasa du 12 au 14 octobre, a oublié la problématique environnementale faisant partie du thème retenu « Francophonie enjeux environnementaux et économiques face à la gouvernance mondiale ». Ce grand Sommet, selon lui, a fait la part belle aux questions politiques.

Le député vert de l’Assemblée nationale, allié de la Majorité présidentielle, fait sa lecture de la tenue du XIVème Sommet de la Francophonie tenue à Kinshasa. Il a indexé le Ministère de l’Environnement, conservation de la nature et Tourisme de ne s’être pas suffisamment investi pour s’approprier les questions environnementales lors des festivités de Kinshasa.

Ce Sommet a mis en exergue les problèmes de démocratie, de droits de l’homme sans pour autant s’intéresser aux enjeux environnementaux. La sortie officielle de son parti politique PECO, en 2009, encore mémorable dans la tête des RD-Congolais, était une occasion pour plusieurs d’être informés de la rétrocession de fonds verts. La RD-Congo a droit afin de financer de multiples projets. Il a rappelé ainsi son combat pour des centaines de millions de crédits carbones à réclamer aux nations pollueuses du champ environnemental mondial.

A la suite de cette pollution, la forêt RD Congolaise absorbe la majeure partie de gaz à effets de serre, c’est pourquoi le Gouvernement doit s’activer par le biais du Ministère de l’Environnement d’exercer une pression afin de récupérer tous les moyens financiers que les différents pollueurs doivent payer. Didace Pembe, alors ministre de l’Environnement a affirmé avoir mené les démarches au bénéfice du pays afin que ce dernier tire des dividendes nécessaires de la manne financière des puissances industrielles.

Selon l’écologiste RD-Congolais, le ministère de l’Environnement devrait interpeller lors du Sommet, les nations de la catégorie A du Protocole de Kyoto qui polluent la planète. Dans son entendement, compte tenu de l’importance des forêts RD  Congolaises après celles de l’Amazonie au Brésil, la RD-Congo doit jouer un rôle de premier rang, obtenir le siège l’Organisation internationale pour l’environnement en gestation à Kinshasa. Pour ce député vert, la Francophonie a été une occasion manquée pour mettre en exergue cette question de grande importance pour la RDCongo qui, désormais tempère les conséquences néfastes du réchauffement climatique.

Le Lift


(GTM/TH/GW/Yes)