De son vrai nom Jacques Bazizila, le guitariste et arrangeur Souza Vangu est décédé, mercredi 18 juillet 2012 à Brazzaville, des suites d’un accident vasculaire cérébral. Ses obsèques se sont achevées, le lundi 31 juillet, au cimetière du Centre-ville de Brazzaville où il a été inhumé.

Un des piliers de l’orchestre Bana Poto-Poto, cher à feu Bienvenu Faignond, Souza Vangu avait été désigné en 2003 meilleur soliste du Congo Brazzaville et meilleur guitariste africain en 2009 lors du Festival Panafricain d’Alger.

Consécration d’une riche carrière qui s’est déroulée sur les deux rives du fleuve Congo : Kinshasa puis Brazzaville. Sa virtuosité et ses connaissances musicales ont fait de lui l’un de grands arrangeurs des deux capitales.

Les chansons telles que « Lufulakari », « Dona Beija » et « Matiti mabé » notamment ont bénéficié de son savoir. Né en 1950 à Kinshasa dans la Commune de Barumbu, Souza Vangu s’est mis très jeune à la guitare imitant son père et son grand frère, Pierre Batumini.

Parti du cocon familial, il se lance dans l’aventure avec des amis dans de petits orchestres du quartier. Après Zackys Boys et Zamus (Zaïre musique), en 1972, il intègre l’orchestre Kiam de Verckys Kiamwangana en 1973.

Quelque temps après, toute l’ossature de l’orchestre s’en va former l’orchestre Baya Baya. En 1980, il participé à la création de l’orchestre Les Kamikaze avec Youlou Mabiala avec Serge Lemvo Kiambukuta, Pindou, Miguel, Bola Bolith, Sélé, Lilas, Augustin, Zinga, Nona Simon, Kiala Don Joli et Loubamba Djaffar.

Souza Vangu a écumé plus d’une dizaine d’orchestres en passant chez des grands comme Docteur Nico, Vicky Longomba et Jeannot Bombenga. Sans oublier des passages éclair dans les orchestres Le Sensationnel avec Pépé Kallé, Bamboula de Papa Noël et à l’ORFAZ, l’orchestre des forces armées zaïroises de l’époque.

L’épopée de Kamikaze va s’arrêter avec le déplacement de Youlou Mabiala pour Kinshasa, où celui-ci reprit l’Ok Jazz après le départ de Simaro et Madilu. Suivant son patron à Kinshasa, il intègre l’OK Jazz avant de retourner à Brazzaville où sous l’initiative de l’ancien administrateur-maire de Poto-Poto, il participe à la création de l’orchestre Bana Poto-Poto.

Ce groupe va s’imposer sur l’échiquier musical congolais avec l’album « Matiti Mabé ». C’est avec cet orchestre qu’il va participer en 2009 au Festival d’Alger où Souza Vangu a émerveillé le public et été élu meilleur guitariste africain. Bon an mal an, Souza Vangu a tenu en bon capitaine le navire Bana Poto-Poto contre vents et marées.

Participant à plusieurs projets comme guitariste et/ou arrangeur, il a toujours fait preuve de sérieux et de professionnalisme. Il était le directeur artistique du Primusic, festival organisé par une entreprise brassicole pour la détection et la promotion de nouveaux talents.

Tous ces bons et loyaux servis rendus à la musique des deux rives lui ont valu la reconnaissance des autorités des deux Congo.

À travers son ministre de la culture, représenté par son directeur de Cabinet adjoint, le gouvernement de la RDC a rendu hommage à ce digne fils qui a porté plus haut la flamme de la culture congolaise. Quant au Gouvernement du Congo Brazzaville, qui s’est investi totalement pour des funérailles dignes de ce grand artiste, il s’est fait représenter par le Ministre de la Culture Jean-Claude Gakosso entouré du directeur général de la Culture, de son directeur de cabinet, du commissaire général du Fespam.

Parmi les membres du comité d’organisation des funérailles, on peut citer Madame l’Ambassadeur du Congo en Guinée Équatoriale, Célestine Kouakoua et le conseiller technique du Président Sassou, Médard Milandou.

La délégation des musiciens venue de Kinshasa était conduite par le président de l’Umuco, Verckys Kiamwangana, accompagné de Jeannot Bombenga, Mbilia Bel, Vonga Aye, Manda Chante, Tapys et autres.

Toute la classe musicale de Brazzaville, toutes générations confondues, a rendu un dernier hommage poignant au maestro durant tout le temps du deuil.

Herman Bangi Bayo/AEM/MMC


(BTT/PKF)