Décédé depuis le lundi 9 décembre à l’âge de 67 ans, l’ancien gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Godefroid diang Kabul, sera inhumé ce samedi 21 décembre 2013. Il est décédé, à Kinshasa, des suites d’une longue maladie, après des soins sans succès à l’étranger, a-t-on appris de sources familiales.

Selon le programme, la dépouille mortuaire sort, ce vendredi, de la morgue des Cliniques Ngaliema de Kinshasa. Les obsèques sont organisées en la résidence du défunt, au quartier Masanga mbila, dans la commune de Mont Ngafula.

Itinéraire d’un économiste

Il a entamé ses études primaires et secondaires au Collège Notre Dame d’Idiofa et les a terminées à l’Athéné de Kikwit où il a obtenu son diplôme d’Etat en 1967. Après sa licence en sciences économiques à l’Université Lovanium en 1971, il est entré après concours à la Banque Centrale le 5 décembre 1972 où il va accomplir toute sa carrière professionnelle. Recruté au grade de Chef de Bureau, il fut affecté au Département de l’Inspection des Banques.

Deux ans plus tard, il devenait Chef de Service-adjoint, responsable du Service « Contrôle, des Banques agréées » au sein du même Département. Douze ans après son engagement, il accéda en 1984 aux fonctions de Directeur adjoint au Département du Contrôle et des Statistiques des paiements extérieurs, puis au Département des Etudes en 1985.

En janvier 1990, il fut promu Directeur du Département de la Comptabilité et du Budget. Fin décembre 1992, il devenait Directeur principal supervisant le Département du Contrôle (Comptabilité et Budget. Contrôle interne, Contrôle des intermédiaires financiers, Contrôle et Statistiques des paiements extérieurs). Trois mois plus tard, il a été élevé, à quarante-sept ans, au rang de Vice-gouverneur. Promu Gouverneur le 1er février 1994, il fut relevé de ses fonctions le 25 novembre 1994. C’est l’auteur du livre « La Banque Centrale du Congo tome 1. La guerre pour la gestion du compte du Trésor - retour de manivelle ».

Avant sa mort, Ndiang Kabul, économiste et homme de lettres, avait publié un important ouvrage préface par gr Marini Bodho, président national de l’Eglise du Christ au Congo, dans lequel l démontrait que « la RDC était un pays merveilleux avec de nombreuses ressources, mais que ses filles et fils ne pourront jamais jouir de ses diverses richesses, s’ils n’acceptaient pas de les recevoir en les rendant réelles et maternelles grâce à des travaux collectifs que nous pouvons simplement organiser ».

Le Potentiel


(TN/Milor/Yes)