Le Royaume de Belgique a été appelé samedi, à l’occasion de la célébration de dix ans du jumelage du port de Matadi avec celui d’Anvers, à reprendre sa place naturelle en RDC et particulièrement dans la province du Bas-Congo.

Cet appel a été lancé par le gouverneur de province, Jacques Mbadu Nsitu, au cours d’un banquet offert à l’hôtel Ledya à Matadi à une trentaine d’hommes d’affaires et investisseurs belges en séjour de travail au Bas-Congo.

Profitant de cette opportunité, le gouverneur Mbadu a déclaré que la RDC était fière de voir la Belgique continuer à porter avec courage sa responsabilité historique sur le pays notamment en défendant ses intérêts auprès des institutions de Bretton Woolds, mais aussi en mettant à profit son poids et son carnet d’adresses pour le rétablissement de la paix dans l’Est du pays en mettant hors d’état de nuire le mouvement rebelle M23.

Le chef de l’Exécutif provincial a sollicité l’ingénierie belge dans la construction du port en eau profonde  Banana, lequel trouverait son prolongement logique dans le chemin de fer Matadi-Kinshasa et dans celui du Mayumbe qui a existé autrefois et qu’il faudrait reconstruire.

Jacques Mbadu Nsitu a par ailleurs énuméré tout un éventail de secteurs qui peuvent intéresser les hommes d’affaires et investisseurs belges notamment le secteur du ciment dont las besoins s’élèvent à environ 3.000.000 de tonnes, le projet de construction des routes en mode « Bot » avec la bretelle Lufu-Songololo, la route Boma-Tshela.

Il a, en outre, mis en exergue la diversité et la variété des ressources du Bas-Congo dont la bauxite, le cuivre, le zinc, le plomb, le vanadium, le phosphate es sables, les calcaires asphalteurs, les manganèses, le fer, la calcaire à ciment, avant d’inviter ses hôtes à assurer la renaissance de plusieurs unités  agro-industrielles abandonnées du Bas-Congo comme JVL, a SCAM et Fina Bois.

ACP


(CL/TH/Yes)