L’ambition du gouvernement congolais est d’assurer  qu’investir en République Démocratique du Congo devient utile et rentable, a déclaré mardi à Kinshasa le ministre de l’Economie et  du commerce, Jean-Paul Nemoyato Bagebole, à l’ouverture du Forum économique national « FENAT 2013 », axé sur le climat des affaires et la problématique de la relance de la production agricole et de l’industrie manufacturière en RDC.

Le climat des affaires reste encore un défi à relever, a dit le ministre, qui a toutefois affirmé la volonté du gouvernement d’améliorer davantage l’environnement économique en facilitant des procédures d’exercice des affaires en RDC. Le FENAT 2013, a-t-il dit, offre l’opportunité de dévoiler l’impulsion que le gouvernement et le secteur privé souhaitent donner aux partenaires socio-économiques du pays en vue de tisser un projet commun pour le développement.

Ces assises, a précisé  le ministre Nemoyato, ont pour objectif d’assainir le climat des affaires et des investissements en RDC, de relancer la production agricole et industrielle congolaise pour l’émergence d’un entreprenariat local et de réduire la dépendance de l’économie nationale vis-à-vis de l’extérieur. Il a ajouté que ces assises devront permettre à tous les partenaires de mettre un terme à la méfiance et à l’opposition qui ont caractérisé les rapports entre le gouvernement et les associations patronales depuis plusieurs années, et de contribuer à l’essor économique du pays, avant de souligner que l’amélioration du climat des affaires en RDC signifie aussi une meilleure gouvernance de la part des institutions de l’Etat.

M. Nemoyato a fait savoir qu’à l’issue de cet atelier, il sera question d’aboutir à des recommandations  relatives  à l’amélioration de l’accès au crédit par la réduction du taux d’intérêt, l’annulation des frais bancaires exigés pour les versements des droits dus à l’Etat, les voies d’actions menant à la relance de la production agricole et industrielle locale et l’amélioration des conditions générales du travail en faveur des travailleurs congolais. Pour le ministre de l’Economie, la portée de la croissance économique et l’amélioration du climat des affaires se remesurent, dans ce sens que l’action de son ministère doit se focaliser de manière plus assidue sur l’amélioration du panier de la ménagère et le pouvoir d’achat des Congolais en maîtrisant l’évolution des prix à la consommation.

L’économie congolaise, a-t-il dit, connaît à ces jours, une croissance rapide grâce aux réformes économiques soutenues par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, lesquels ont restauré la stabilité du cadre macroéconomique apprécié dans la durée et dans une projection de croissance économique de 8,2% pour l’exercice 2013.

M. Jean-Pierre Kiwakana, premier vice-président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), a pour sa part souhaité que sa structure travaille en collaboration avec le gouvernement pour la relance du secteur agricole et que le secteur des Petites et moyennes entreprises (PME) soit renforcé pour le développement de l’emploi en RDC. Il a  invité le gouvernement à résoudre les problèmes des infrastructures routières et de l’électricité qui se posent avec acuité et constituent le socle de tout développement économique d’un pays. La FEC veillera  à ce que toutes les mesures économiques relatives à l’assainissement du climat des affaires soient appliquées, a-t-il souligné.

ACP


(TN/TH/GW/Yes)