C’est à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Occidental, que se tient les 18 et 19 mars 2013, en présence du chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, la conférence des gouverneurs de province. Deux jours d’échanges consacrés à la mise en œuvre de la décentralisation, à la sécurité et au développement des provinces.

A défaut de Goma (Nord- Kivu), comme initialement prévu, c’est la ville de Kananga (Kasaï Occidental) qui accueille les 18 et 19 mars, sous la présidence du chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, la conférence des gouverneurs de province. Trois questions touchant à la mise en œuvre de la décentralisation, la sécurité et le développement des provinces seront débattues au cours de ces assises.
 
Les rapports entre les provinces et l’Exécutif central ont souvent été émaillés de beaucoup de contradictions nées essentiellement de la difficulté de mettre en œuvre les dispositions constitutionnelles régissant ces deux entités. Sans doute, la conférence de Kananga sera une occasion pour les deux parties d’aplanir leurs divergences et éventuellement envisager des voies et moyens pour évoluer sur de nouvelles bases.

C’est en principe à Goma qu’était prévue la tenue de cette conférence des gouverneurs. Les gouverneurs de province avaient arrêté cette option en octobre 2012, en marge de la tenue à Kinshasa du 14ème Sommet de la Francophonie. Pour les gouverneurs de province, le choix de Goma s’est justifié par le souci de compatir avec les populations sinistrées de l’Est.

Compassion envers l’est

Dans une déclaration faite à l’issue d’une réunion  tenue le 15 octobre 2012, les gouverneurs de 11 provinces avaient recommandé « la tenue urgente de la Conférence des gouverneurs à Goma pour manifester le soutien de toute la République aux dignes filles et fils de cette partie du pays, victimes d’une guerre injuste » au Nord-Kivu.

Ils ont à l’occasion « condamné fermement l’agression dont le pays est victime depuis le mois d’avril dernier et demandé au ministère de la Justice d’engager une procédure devant aboutir à l’arrestation de tous les criminels en vue de leur comparution devant les juridictions nationales », demandant « instamment à l’ONU de sanctionner les pays qui ont été identifiés comme apportant appui et soutien aux rebelles du M23».

Sans se limiter aux simples déclarations, ils avaient décidé en marge de cette rencontre de Kinshasa de la création d’un fonds de soutien aux populations du Nord-Kivu afin de « participer au soulagement des souffrances de nos compatriotes victimes de la guerre ». Appelant à plus de cohésion de la classe politique face à la grande menace dans l’Est, ils avaient invité les acteurs politiques, toutes tendances confondues, à « œuvrer en faveur de la stabilité des institutions provinciales pour un développement harmonieux au niveau de la base ».

A noter que la conférence des gouverneurs a été instituée par l’article 200 de la Constitution avec pour mission « d’émettre des avis et de formuler des suggestions sur la politique à mener et sur la législation à dicter par la République ». Elle est composée, outre les gouverneurs de province, du président de la République, du Premier ministre et du ministre de l’Intérieur. Tout autre membre du gouvernement peut y être invité. Elle est présidée par le président de la République. Elle se réunit au moins deux fois par an sur convocation de son président. Elle se tient à tour de rôle dans chaque province. Une loi organique en détermine les modalités d’organisation et de fonctionnement.

Le Potentiel


(CL/Milor/GW/Yes)