Deux cents quatre-vingt-six réfugiés centrafricains ont été accueillis dans des familles d’accueil à Mobayi Mbongo, dans la province de l’Equateur.

Les humanitaires l’ont constaté du jeudi 3 au samedi 5 janvier au cours d’une visite destinée à évaluer la situation de ces réfugiés. Ces derniers ont fui les combats dans leur pays entre l’armée gouvernement et les rebelles du Séléka qui menacent le pouvoir du président Bozizé.

Cette mission conjointe comprenait des agents de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco), du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), de l’Agence de coordination des affaires humanitaires (Ocha), de l’Agence des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et du Programme alimentaire mondial (Pam).

Selon les humanitaires, la majorité de deux cent huit réfugiés sont des enfants hébergés dans des familles d’accueil.

De son côté, l’autorité locale dit avoir enregistré plutôt cent quarante-et-un réfugiés, dont des enfants non accompagnés, des femmes enceintes sans assistance médicale et des enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition.

Selon le Commissaire de district du Nord-Ubangi, Willy Isekusu, des mouvements des populations centrafricaines vers la RDC sont aussi observées dans d’autres localités.

Il affirme avoir dépêché des équipes sur le terrain pour de plus amples informations.

Après la prise des villes de Bambari et de Sibut en République centrafricaine par les rebelles de la coalition de Séléka, la population de la préfecture de la Basse-Kotto, frontalière au territoire de Mobayi-Mbongo, à traversé la rivière Ubangi pour se refugier en terres congolaises.

Bien que la situation reste calme du côté congolais, la troisième région militaire a renforcé le dispositif sécuritaire le long de la frontière avec la RCA, entre Yakoma et Zongo, afin d’éviter que la RDC ne serve de bases arrières aux forces en conflit.

Radio Okapi


(CL/Yes)