Le commandant ai de la Force terrestre, le lieutenant  général, François Olenga, qui effectue depuis le 04 janvier une première visite  officielle de commandement et d’inspection dans la zone opérationnelle Safisha, en Ituri (Province Orientale), s’est engagé à tout mettre en œuvre pour que  les Forces armées de la RDC (FARDC) neutralise le  chef milicien Paul Sadala, alias Morgan.

Ce dernier  doit être arrêté pour répondre de ses actes devant la justice. «L’armée va s’occuper maintenant du phénomène Morgan. Je viens l’arrêter. Donc, à partir d’aujourd’hui, je demande à la population de vaquer librement à ses occupations.

La sécurité sera assurée Morgan sera bientôt du passé», a déclaré le Général Olenga avant de  souligner   que son déplacement en Ituri a pour but de pacifier ce vaste district de la province orientale où l’activisme de ce chef milicien et de ses hommes  a  provoqué la fuite de plusieurs habitants de leurs villages dans le territoire de Mambasa depuis environ une semaine.
 
Par ailleurs, le général Olenga a  appelé le chef de la Force républicaine patriotique de l’Ituri (FRPI), Matata Banaloki, alias Cobra Matata,  qui avait déserté les FARDC, il y a presque deux ans,  à rejoindre les rangs de l’armée nationale. « Que mon officier Cobra Matata profite de ma présence ici. Je vais le recevoir personnellement. Qu’il vienne avec tous ses militaires pour que nous puissions faire front contre le Rwanda », a déclaré  le Commandant ai  de la  Force terrestre qui  s’est aussi engagé à répondre aux préalables d’ordre sécuritaire exigés par Cobra Matata pour se rendre.

En octobre dernier, Cobra Matata avait exigé à l’Etat-major général des FARDC de lui accorder l’amnistie avant son intégration et celle de ses troupes au sein de l’armée régulière.

En fin juin, le chef milicien Morgan et ses hommes avaient attaqué la station d’Epulu où ils ont  tué quinze okapis apprivoisés depuis 1987, ainsi qu’un garde de parc et blessé plusieurs personnes. Arrêté ensuite par des Maï-Maï Simba dans le territoire de Lubero au Nord-Kivu, Morgan avait réussi à s’échapper.

Les miliciens qui l’avaient capturé exigeaient aux FARDC le paiement d’une rançon de 10.000 dollars américains avant de le livrer.

ACP


(CL/Ern./GW/Yes)