Le Département du Trésor américain a annoncé jeudi  avoir pris, ce qu'il considère comme étant, des « sanctions sévères » contre deux groupes terroristes accusés d’être à la base de la violence et de l'instabilité dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC).

Le Département a placé sur sa liste noire, le Mouvement du 23 Mars (M23) et les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR), affirmant que ces 2 groupes armés opérant dans l'Est de la RDC ont commis des « crimes graves », dont l’utilisation d’enfants, dans le conflit se déroulant en RD Congo. «Ces crimes, qui comprennent le recrutement, ainsi que le meurtre, la mutilation et la violence sexuelle, violent le droit international mais sont présentement à la base de la formation de ces groupes», a affirmé le Département du Trésor dans un communiqué.

La rébellion du M23 a commencé en avril de l’année passée, lorsque des miliciens, qui avaient été réintégrés dans les forces armées de la RDC, s’étaient mutinés.  Le groupe rebelle a depuis pris le contrôle d’une vaste région de l'Est de la RDC, riche en ressources minérales, et avait même, en novembre, pris Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu, avant de se retirer par la suite pour entamer des négociations avec le gouvernement. Les FDLR sont dirigées par des Hutus rwandais impliqués dans le génocide rwandais de 1994.

Le Département du Trésor a rajouté que les hauts gradés de ces deux groupes, M23 de Bosco Ntaganda et les FDLR de Sylvestre Mudacumura, sont recherchés par la Cour Pénale Internationale. «Les deux groupes ont recruté et utilisé activement des enfants dans les conflits armés», a déclaré M. David Cohen, le sous-secrétaire au Trésor chargé du renseignement financier et de la lutte contre le terrorisme.  «Ils sont coupables  d’horribles violences vis-à-vis de la population civile en RDC, et ils ont utilisé leurs ressources pour annihiler les efforts de paix dans la région ». Dernièrement, les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda avaient été rajoutées sur la liste des terroristes du Département d'État.

Le M23 avait également été pointé sur cette liste notamment pour contrebande d'armes et d'équipements militaires ayant directement contribué à la poursuite du conflit, a indiqué l'agence. « Les États-unis se sont engagés à travailler avec la communauté internationale pour mettre fin à la violence perpétrée contre les enfants en RDC et de traîner en justice les responsables de ces atrocités », a déclaré M. Cohen. « Nous exhortons également le Rwanda à mettre fin à son aide au M23 et de prendre des mesures contre toutes formes de soutien aux groupes armés congolais », a-t-il ajouté.

A la fin du mois de décembre, le Comité des sanctions pour la RDC du Conseil de sécurité avait ajouté des responsables du M23 et des FDLR à sa liste de personnes interdites de voyager et dont les avoirs doivent être gelés, tandis ce que le Conseil de sécurité et le gouvernement américain avait imposé des sanctions à plusieurs dirigeants des deux groupes.


(ROL/Yes)