Pour combler ce déficit dont les conséquences sont nombreuses tant sur le plan de la sécurité alimentaire des populations que sur le plan de la création d' emplois, l'exécutif provincial de cette entité a décidé il y a quelques mois,   de faire de la relance de l'agriculture l'une de ses priorités. C'est ce qui justifie la mise sur pied d'un programme dénommé " Villages agricoles ".

Financé par le gouvernement central à la hauteur de 1.500.000 dollars, il bénéficie   également de l'appui du ministère de l'Agriculture et du Développement rural qui a mis à sa disposition 33 tracteurs.

Cette structure qui est placée sous la tutelle du ministère provincial de  l'Agriculture, Pêche, Elevage et Travaux publics a comme mission principale la mise en pratique de la politique du gouvernement provincial dans le domaine de l'agriculture.

Ce programme qui a comme coordonnateur Abdias Niangisi, poursuit trois objectifs majeurs à savoir : augmenter de manière sensible la production agricole de la province, favoriser l'accès des produits aux marchés locaux et urbains, et enfin améliorer les infrastructures de base.

En plus, le programme permet aux  paysans, principaux bénéficiaires, de réduire leur dépendance  sur le plan alimentaire et, en même temps, lutter contre la pauvreté en créant des emplois et en augmentant la production du secteur agropastoral.

Pour le gouverneur de cette province, M. Jean Kamisendu, " Villages agricoles " rentre dans le cadre de la révolution de la modernité et comprend trois composantes.

Outre la production agricole, a-t-il souligné, le programme vise aussi la construction des logements sociaux et l'approvisionnement en eau potable et en électricité par la construction des micro-barrages.

Au terme de la saison A qui s'est écoulée, le programme a réalisé plus de 3000 hectares labourés et couverts dans 14 villages agricoles avec les cultures d'arachides, de maïs, de la courge, du niébé, du mucuna, du riz et du parc à bois.

Ces villages  notamment Batshiongo, Kabuba, Katoyi, Mbeko, Munzabala, Kisala, Kosi, Camp Bulungu, Kimbinga, Bamba, Mushie Pentane,… sont situés sur deux principaux axes à savoir : Kikwit-Mongata et Mongata-Bandundu Ville.

A Kimbinga par exemple, un village situé sur la rive droite de la rivière Kwilu, dans le territoire de Bulungu, 120 ménages regroupés au sein du collectif des organisations pour le développement intégré de la rive droite du Kwilu, cultivent le riz, le maïs et le niébé sur 60 hectares.

A Batshiongo, premier village du programme situé dans le secteur de Bukangalonzo, dans le territoire de Kenge, district de Kwango, 54 hectares sont labourés et couverts de niébé au profit de 100 ménages.

Il sied aussi d'indiquer que ce programme s'appuie sur des organisations semencières villageoises et les organisations paysannes. Il travaille en collaboration avec les inspecteurs, les agronomes et les moniteurs agricoles du ministère de l'Agriculture et du Développement rural qui ont pour  mission la sensibilisation et l'encadrement des paysans.

Les bénéficiaires  de ce programme saluent l'initiative de l'équipe gouvernementale de la province du Bandundu. Ils espèrent que grâce à ce projet, l'agriculture deviendra effectivement leur source des revenus.

Certains paysans plaident pour la création des marchés au niveau local pour éviter les coûts de transport, d'autres recommandent la construction des hangars pour servir d'abris en cas d'intempéries, et des dépôts pour le stockage des produits.

Pour atteindre son objectif, le chef de l'exécutif provincial du Bandundu veut impliquer toutes les couches de la population dans sa démarche. C'est pourquoi, outre les paysans, les fonctionnaires de l'Etat, les politiciens, les enseignants et les étudiants sont appelés chaque week-end aux travaux champêtres.

Dans cette politique de relance de l'agriculture dans sa province, le gouverneur Kamisendu tient également à s'attaquer au volet des routes de desserte agricole par la création du service de cantonnage manuel parce que sans route, il est impossible de développer l'agriculture. Il est prévu la création de 10 mille emplois pour l'entretien de 8mille Km de routes de desserte agricole dont dispose la province du Bandundu.

A fin janvier 2013, l'on s'attend à une récolte de milliers de tonnes de produits à l'issue de premières récoltes. Pour faciliter l'écoulement des produits, le gouverneur envisage la création d'une direction provinciale d'investissements et de commercialisation.

Cette régie aura entre autres missions la commercialisation des produits agricoles dont 70% des recettes reviennent aux paysans producteurs et 30% au gouvernement provincial.

A la saison B, l'objectif du gouvernement provincial est de faire passer le nombre des villages agricoles de 14 à 50 après  que le programme " Villages agricoles " a été approuvé par la conférence économique de la province du Bandundu.

L’Observateur


(CL/Yes)