Les bonnes routes ont une influence positive sur le développement socio-économique de la République démocratique du Congo en général et de la province de Bandundu en particulier, a indiqué    le gouverneur de cette province, Jean Kamisendu, lors du lancement, jeudi, du programme de réunification de la RDC par la voie routière par le Premier ministre, Augustin Matata Ponyo,  à Bukangalonzo, localité située à environ 300 kilomètres de Kinshasa.

La province du  Bandundu, a dit le  gouverneur  Kamisendu, connait un faible taux des routes réhabilitées, des recettes fiscales, d’investissements privés et publics ainsi qu’une carence en énergie électrique.

Cette situation, a-t-il précisé, constitue pour la province du Bandundu un frein pour son développement socio-économique et n’attire pas les investisseurs privés  dans sa juridiction.

A cet effet, le gouverneur Kamisendu a pris l’engagement de maximiser les recettes fiscales, d’instaurer la bonne gouvernance dans son entité et de tout mettre en œuvre pour augmenter la production agricole et pour améliorer les conditions de trafic sur les routes provinciales et sur celles de desserte agricole.

Pour arriver à réaliser cet objectif, le gouverneur Kamisendu entend organiser la population rurale en villages agricoles ayant pour tâche d’entretenir les routes de desserte agricole en même temps qu’elle s’occupe de l’agriculture et de l’élevage. Cette organisation de la population en villages agricoles vise à augmenter la production agricole, animale et celle de la volaille.

Les atouts de la province du Bandundu

La province du Bandundu a une superficie de 300 mille km2 soit  12,6% de la superficie de la République démocratique du Congo. Elle est habitée par  une population évaluée à de 12 millions d’habitants.

Elle renferme  une diversité des forêts et dispose de  15 millions d’hectares des terres arables. Le dynamisme de sa jeunesse est un autre atout non négligeable pour son développement.

Dans ce cadre, le gouverneur a  signalé  que  15 villages agricoles ont réalisé 11.042 ha dans lesquels  les cantonniers planteurs ont cultivé   du manioc, du maïs, le riz, l’arachide, le niébé ainsi que le Mukukunu dont la production représente 12.950   pour la saison A  et ils comptent,  pour la saison B,  réaliser,  en plus de 12.950 ha,  10.000 autres ha  grâce à l’augmentation du nombre des villages agricoles qui passeront désormais à 70 soit,  une augmentation de 55 villages.

Pour prévenir le pourrissement de la production, le gouverneur Kamisendu envisage la construction des parks en bois afin de permettre le stockage de la production en attendant son acheminement vers les centres de consommation.

La pérennisation de ces objectifs, a dit le gouverneur Kamisendu, nécessite un soutien du gouvernement central en matériels agricoles et dans la réhabilitation des infrastructures de base notamment les routes, ponts et bacs en vue de faciliter l’évacuation des produits vers les centres de consommation. La province du Bandundu, rappelle-t-on, compte trois Districts à savoir, le  Kwango, le Kwilu et le Mayi Ndombe.

ACP


(CL/PKF)