Quelque 89 officiers des Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC), représentant des différents Etats-majors de la ville de Kinshasa, ont pris part à un séminaire de remise à niveau organisé par l’Etat-major Logistique avec le concours de l’EUSEC, mission d’assistance et de conseil de l’Union Européenne en matière de réforme de secteur de sécurité, dans son volet Défense. La cérémonie de clôture de ce séminaire a eu lieu le mercredi 12 décembre 2012 dans la salle de conférences de l’État-major Général à Mont-Ngaliema.

Cette action s’inscrit dans le cadre de la réforme logistique des FARDC et vise la remise à niveau des cadres chargés de la logistique de tous les Etats-majors installés à Kinshasa, sur la nouvelle doctrine et les procédures logistiques. Les travaux ont eu pour but de former le personnel logistique aux nouveaux règlements et procédures logistiques. Les participants ont suivi durant huit jours des interventions sur la doctrine de base avec ses principes fondamentaux, ainsi que les différents règlements sur la gestion des ressources matérielles, sur l’ordonnance et sur les fonctions logistiques tels que le ravitaillement, le transport et la maintenance.

Dans son mot de clôture, le Chef d’Etat-major en charge de la logistique à l’Etat-major Général, M. Mbuayama Nsiona, a indiqué que durant huit jours, les échanges ont porté sur ce que doit être le cadre logistique de la future Armée, et que les participants ont eu connaissance de la nouvelle doctrine logistique qui sert de guide à interpréter la réalité et à diriger les actions, couvrant les fonctions logistiques, les règlements, les chaînes et les procédures.

Cependant, la loi organique n° 11/012 du 11 août 2011, portant organisation et fonctionnement des Forces Armées structure la logistique à tous les niveaux, avec les services logistiques du Secrétariat Général à la Défense au niveau politique. Ainsi, la mise en application de nouvelles structures implique un nouveau cadre de la logistique qui doit avoir le goût de la recherche et se mettre au pas de l’évolution de la technologie.

En attendant la mise en œuvre effective de la nouvelle loi, le Chef d’Etat-major en charge de la logistique a émis le vœu que soit bien définie la chaine logistique unique qui puisse permettre de connaitre ce qui entre pour les Forces Armées et assurer une gestion transparente et une meilleure affectation des ressources humaines.

Pour sa part, le colonel José Louréiro, chef pilier logistique de EUSEC, a indiqué que cette opération ne comporte pas seulement la remise à niveau. Il a montré la complexité de tout le système, à savoir la doctrine, le système d’information logistique qui permet de mieux gérer le matériel, le réseau informatique appelé à s’étendre à tous les cadres logistiques jusqu’aux régions militaires et les installations logistiques. Ces derniers constituent les dépôts présentant les conditions minimales dans le stockage des armes et des munitions ainsi que des autres matériels. Il faut envisager l’aménagement de ces dépôts et des parques automobiles entre autres, a-t-il souligné.

ROK


(DN/Yes)