Les rencontres sportives nationales de la RDC ne se joueront plus dans les stades privés. Seules les infrastructures de l'Etat abriteront ces matches. Telle est l'une des décisions prises par le ministre de la Jeunesse, Sports, Culture et Arts, Baudouin Banza Mukalay, dans sa note circulaire n° 03/CAB/MIN/JSCA/2012 du 29 novembre 2012.

Le ministre Banza justifie sa décision par la maximisation des recettes pour le compte du Trésor public. D'après la note circulaire du cabinet du complexe omnisports des Martyrs relative aux instructions aux Fédérations sportives, aux groupements sportifs particuliers et les associations sportives ou clubs, la dérogation est faite pour les matches internationaux se déroulant dans les villes dont les associations sportives ou clubs concernés disposent des stades privés homologués par l'Etat congolais.

Ce qui veut dire que le stade TP Mazembe de la commune de Kamalondo n'accueillera que les matches des compétitions internationales et non des compétions nationales, en l'occurrence le championnat de la division 1 de la Ligue nationale de football et la Coupe du Congo. D'après une source proche du ministère des Sports, les rencontres nationales ne seront de nouveau programmées dans les stades privés que lorsqu'un arrêté ministériel des répartitions des recettes sera signé.

Mais pourquoi une telle décision ? Est-ce les stades privés ne maximisent pas les recettes du Trésor public ? A quand la publication de l'arrêté fixant les répartitions des recettes des stades n'appartenant pas à l'Etat ? Ce sont les questions que se posent bon nombre de sportifs qui pensent que la mesure du ministre risque de décourager les initiatives privées.

Equipements et sponsors des Léopards

L'une des instructions s'est attardée sur le contrat relatif aux équipements et à la sponsorisation des équipes nationales de la RDC, toutes disciplines confondues. Le ministre Banza conditionne la signature de contrat par l'aval de son ministère. Selon la disposition de sa note circulaire, tout contrat ou protocole d'accord relatif aux équipements et à la sponsorisation des équipes nationales doit requérir préalablement l'aval du ministère ayant les sports dans ses attributions.

En outre, les Fédérations sportives, groupements sportifs particuliers, associations des corps des métiers et les associations sportives ou clubs doivent adapter leurs statuts types édictés par les arrêtés ministériels notamment celui relatif aux mesures d'applications de la loi n°11/023 du 24 décembre 2011. Les Fédérations sportives ont été également instruites de respecter scrupuleusement les dispositions de l'arrêté ministériel portant fixation des saisons sportives de leurs disciplines respectives et veiller au respect de leur application par leurs entités subdélégataires.

Concernant l'engagement des équipes nationales et représentatives de la RDC aux compétitions continentales et internationales, les fédérations sportives doivent requérir préalablement l'aval du ministre ayant les sports dans ses attributions.

Ensuite, la note circulaire de Banza Mukalay indique que les Fédérations nationales doivent, en application des articles 58 et 121 de la loi sportive, informer le ministre ayant les sports dans ses attributions de tous les fonds reçus et transmettre régulièrement leurs rapports d'activités incluant la gestion financière.

Elles doivent également porter préalablement à sa candidature d'un de ses membres ou d'une association sportive ou club aux fonctions électives au sein d'une instance sportive internationale.

Enfin, le ministre Banza circonscrit le cadre pour régler le différend. D'après sa note circulaire, tout conflit ou différend survenu au sein d'une Fédération sportive, de nature à entraver son bon fonctionnement, doit être réglé par l'assemblée générale extraordinaire spécialement convoquée à cette fin. Et ce, en présence d'un délégué de l'administration des sports et loisirs et du Comité olympique congolais.

Jerry Kalemo/L’Observateur


(HM/GW/Yes)