Il est impossible de parler de la carrière de Mbilia Bel sans évoquer le nom du Seigneur Ley Rochereau qui a fait d’elle «La Cléopâtre de la musique congolaise ». Simple coïncidence ou une machination machiavélique.

Mbilia Bel, que tous les mélomanes congolais espéraient retrouver sur scène lots de l’évènement « Honore Ley », vient d’être interdite de la scène musicale pendant trois mois pour de raisons de santé.

Joint au téléphone par la rédaction du quotidien La Prospérité, la chanteuse confirme qu’elle a subi une intervention chirurgicale dans la nuit de dimanche 4 novembre 2012 aux  «Cliniques des Anges » à Kinshasa.

Un coup dur pour Mbilia Bel qui renvoie à plus tard les contrats signés avec ses partenaires pour le mois de janvier 2013.

Mais Dieu merci. Pour la diva, le pire est passé et son état de santé n’inspire aucune inquiétude. Elle reste sous pendant cinq jours d’observations. J’ai été victime d’une crise d’appendicectomie.

«Gloire à Dieu, l’opération s’était bien déroulée. Que cela ne frustre pas mes fans car je suis un être humain comme tout le monde. Je suis très bien portant mais les médecins m’ont exigé un repos médical de trois mois et après je vais reprendre la scène comme toujours », a déclaré Mbilia Bel.

D’après les calculs, la cantatrice ne sera pas de la partie lors du grand évènement qui se prépare à Kinshasa en l’honneur du père de sa fille aînée Mélodie.

Celle-ci, signale-t-on, est l’unique fille sortie de l’union entre la Cléopâtre et Rochereau Tabu Ley. Pourtant, à travers une chanson contenue dans son dernier disque sur le marché, Mbilia a révélé sa gratitude à Pascal Rochereau à qui elle a rendu hommage sous forme d’une dédicace.

Alors qu’il y a quelques années elle avait du mal à citer en public le nom de son ex amant. Il faut écouter les paroles de cette mélopée pour comprendre la manière dont Marie-Claire Mboyo porte encore et toujours Seigneur Ley dans son coeur.

Une fête sans Mbilia

S’agissant de « Honore Ley », c’est une grande célébration de Pascal Tabu Ley Rochereau par les Congolais sous la houlette de la Présidence de la Republique.

Et à la famille de Tabu, d’ajouter que l’artiste est très ému de l’organisation de telles réjouissances en son honneur alors qu’il est encore vivant.

« Merci à son excellence Monsieur le Président République pour cette reconnaissance du devoir accompli par ma modeste personne », a déclaré Pascal Sinamoyi Tabu au téléphone en direct de Bruxelles.

Monument vivant de la rumba congolaise, Tabu Ley sera célébré de manière exceptionnelle à travers une série de manifestations à travers divers créneaux et tableaux, où le public et ses fans seront conviés. Ils auront l’occasion de connaître et de pénétrer la grandeur et le personnage de celui que l’histoire appelle Seigneur de la musique congolaise moderne.

Toutes les dispositions sont prises pour rendre un vibrant hommage au chanteur qui à sa place dans le Panthéon de la musique congolaise.

Jordache Diala/La Prospérité


(Milor/CL/PKF)