Les habitats de la Brasserie à Bukavu, viennent d’échapper de justesse à une catastrophe  semblable  à de Sange  dans le territoire de Fizi où une personne de mauvaise foi a eu l’audace d’ouvrir la vanne d’un camion citerne transportant des produits inflammables en vue d’y  soustraire  quelques litres. La police est intervenue à temps en dispersant la population environnante venue sur le lieu dans le but de soutirer du carburant.

Dans un passé récent, la localité de Sange avait enregistré près d’une centaine de morts due à un incendie occasionné par les flammes d’un camion citerne transportant du carburant qui s’est renversé,  attirant  la ruée de la population  vers le carburant.

Les services spécialisés de l’Etat ont réussi lundi à mettre la main, sur une bande constituée des six personnes ainsi que leurs  femmes complices présentées comme auteurs des multiples cas de vols à mains armées, assassinats et autres cas de braquages des véhicules et des banques enregistrés ces derniers temps dans la ville de Goma et ses périphéries.

Selon le colonel Makiadi, en charge des investigations au commissariat provincial de la Police Nationale Congolaise au Nord-Kivu qui a présenté les six hommes et leurs complices à la presse, cette bande chapeautée par un certain Bisimwa Shombo, la trentaine révolue, a été maîtrisée à Minova, cité du Sud-Kivu limitrophe avec le Nord-Kivu, où ils venaient  d’opérer en partance pour Bukavu pour une autre opération planifiée de braquage d’une jeep qui devait transporter une importante somme d’argent sur la trajectoire séparant le centre ville du port.

Les sept présumés bandits, surpris avec deux armes et un géant tenaille, seront rapidement déférés devant les instances judiciaires compétentes pour répondre des actes portés à leur charge, annonce-t-on au commissariat provincial de la PNC/Nord-Kivu.

La ville de Goma a dernièrement basculé dans une insécurité inouïe caractérisée par des assassinats, des jets de grenades, des braquages des institutions financières ainsi que des cas de vols à mains armées. Cette situation a motivé la décision du Maire Naasson Kubuya Ndoole à interdire la circulation de toute moto au-delà de 18 heures 30’, la plus part des forfaits étant souvent attribués aux motocyclistes.

ACP


(TH/GMM/PKF)