Aux Affaires sociales, des fonctionnaires réfractaires à la reforme de la Fonction publique et à la bancarisation de la paie ont inventé la magie de rappeler à la vie leurs collègues décédés en vue d’accéder à leurs salaires. Au coeur de la magouille, le Directeur Hubert Tawaba, chargé de la gestion des listings d’immatriculation aux Affaires sociales, et Prisc Lema Nzianzia, informaticien à la CENI/Tshangu, fabricant des cartes d’électeurs calquées sur les identités des fonctionnaires morts. La machine infernale mise en branle quelques Jours après le lancement de l’opération bancarisation de la paie a tourné jusqu’au 10 octobre quand les braves éléments de l’Antenne de Recherche de la Police d’investigation criminelle - PIC - section IP/Kin ont fait irruption dans les locaux d’Access Bank, sis avenue ex-Huileries, à Gombe. Devant les guichets, une fonctionnaire fictive, mademoiselle Laëticia Imbeni Manzeba, détentrice de deux cartes d’électeur avec deux identités différentes! Bepuis, Imbeni et 4 autres membres présumés de sa bande ont été mis en examen et écroués. Un dispositif de surveillance a été mise en place aux abords des banques retenues pour la paie et des équipes mises aux trousses d’Hubert Tawaba, meneur présumé du groupe probablement entré en cavale.

C’est le plus grand coup de filet jamais opéré contre les réseaux fictifs de la Fonction publique. La Police d’investigation criminelle -PIC- section IP/Kin a déclenché le 10 octobre 2012 un immense coup de filet contre une présumée branche du réseau des fonctionnaires fictifs qui, depuis le lancement de l’opération bancarisation de la paie, a inventé un mécanisme de fabrication des caries d’identité parallèles en vue d’avoir accès aux salaires des collègues disparus. Cinq membres de ce groupe maffieux ont été présentés à la presse le jeudi 18 octobre dans les installations de l’IP/Kin. D’après le capitaine Nyumba Asaps, commandant second de la 1ère compagnie Antenne Recherche de la PLC, ses éléments ont surpris le 10 octobre dernier devant les guichets d’Access Bank, mademoiselle Laëticia Kimbeni « avec deux cartes d’électeur avec deux identités différentes pendant qu’elle tentait de percevoir son salaire comme fonctionnaire du ministère des Affaires sociales alors qu’en réalité, elle fait partie des effectifs fictifs. Kimbeni est passée aux aveux au cours de l’interrogatoire citant son copain Jeancy Tawaba Mukono fonctionnaire au ministère des Affaires sociales, a rapporté la Police. Jeancy Tawaba Mukono est l’homme de main d’Hubert Tawaba Balanda, son frère aîné et Directeur à l’administration des Affaires sociales, lui détient les listings des Fonctionnaires et maîtrise les effectifs.

Lancement d’une vaste traque

Les Tawaba ont mis en place un réseau de fabrication des cartes d’électeurs sur les identités des fonctionnaires décédés dont ils manipulaient les numéros matricules. Jeancy Tawaba a pu obtenir un matricule pour sa maîtresse Laëtitia et la mise en contact avec Prisc Lema Nziazia, informaticien à la CENI. Le rôle de ce jeunot commis à l’antenne de la CENI/Tshangu est de faciliter la capture et fournir les cartes parallèles. Le même mécanisme a été mis en action pour lancer Adolphe Kiwa Mbalasa, reconnu comme vendeur de cossettes de manioc dans un marché de Masina, mais qui se dit agent au ministère des Affaires sociales, et un certain Lazard Ntima Tanzy non autrement identifié.

Jeancy. Tawaba, qui s’est réclamé grade 31/0 est cohérent dans SCS récits. Aux enquêteurs de l’Antenne de recherche de l’IP/Kin comme à la presse, il a fourni les mêmes explications : « Je suis fonctionnaire aux Affaires sociales depuis 2002. J’ai sollicité et obtenu de mon frère aîné et Directeur Hubert Tawaba le remplacement d’un autre frère et collègue décédé par mon amie Laëticia. C’est moi qui l’ai mise en contact avec l’informaticien Lema de la CENI. Jeancy et Laëtitia ont reconnu avoir amené Adolphe Kiwa et Lazard Ntima dans le circuit. La Police a mis les détenus à la disposition de l’Officier du ministère public –OMP pour la procédure judiciaire et lancé la traque contre le Directeur Hubert Tawaba, probablement en fuite. Le capitaine Nyumba Asaps a fait part du lancement d’une vaste opération visant à démanteler tous les réseaux des fictifs qui gravitent autour des banques retenues. « La battue a déjà débuté. Elle cible tous les services dont la paie des agents et cadres est bancarisée, a précisé un cadre du ministère du Budget.

AKM/AfricaNews


(GTM/Milor/GW/Yes)