Les écoles de Goma qui hébergent les déplacés de guerre éprouvent d’énormes difficultés de fonctionnement, a constaté l’ACP. Le cas le plus frappant est celui de l’école primaire Kysando, située en commune de Karisimbi qui avait accueilli plus des trente familles de déplacé en provenance de Kibumba fuyant les affrontements entre les FARDC et les rebelles du M23. Pour la directrice de cette école, ces déplacés doivent être délocalisés vers un endroit pour assurer une rentrée effective de classe pour cette année scolaire. De leur coté, les déplacés ne savent où aller surtout qu’ils ne disposent pas de kit de réinstallation vers un site ouvert.

Ils sollicitent ainsi l’implication des autorités ainsi que d’autres organismes caritatifs, surtout qu’ils sont conscients que les enfants doivent étudier dans des conditions requises. Il faut signaler que pendant les heures des cours, la cour de récréation est partagée entre les écoliers et les déplacés ainsi que leurs biens et bétails. Les enseignants se plaignent également par le fait que l’attention des enfants est perturbée soit détournée par la présence à l’extérieur des déplacés, personnes étrangères dans les milieux éducatifs.

ACP


(TH/GMM/PKF)