Les groupes armés demeurent toujours actifs dans la province du Sud-Kivu. En dépit de cela, la Monusco et les FARDC surveillent étroitement la situation sécuritaire afin de protéger les populations civiles. Malgré la résurgence d’activité des groupes armés à travers la province du Sud-Kivu la semaine dernière, la situation sécuritaire demeure sous contrôle de la Force de la Monusco et des FARDC, a affirmé mercredi le porte-parole militaire intérimaire de la mission onusienne en RDC, le major El Hadji Ibrahima Diene, au cours d’un point de presse hebdomadaire organisé à Kinshasa.

Selon ce responsable onusien, les Maï-Maï Rahiya Mutomboki ont distribué des tracts demandant aux populations locales et aux FARDC de se séparer des populations rwandophones dans la province, tandis que les FDLR ont tenté d’étendre leur influence dans les régions de Mwenga, Shabunda et Fizi. La Force de la Monusco et les forces de sécurité congolaises surveillent étroitement la Situation à travers la province, afin d’éliminer toute menace à la sécurité des populations civiles.

Par ailleurs, en dépit de la suspension de l’opération conjointe « Amani Kamilifu » (La paix renforcée), la Force de la Monusco continue de mener des patrouilles intensives à partir de trois postes conjoints de commandement de Bunyakiri, Walungu et Mwenga, ainsi que d’autres postes opérationnels établis à travers la province, en vue de sécuriser les populations civiles.

Du 22 au 25 août dernier, les Maï-Maï Nyatura ont mené des représailles contre la population Tembo, et tué six personnes dans les villages Kasuru, Rambule, Bushaga, Tchabike et Katanga, de la localité Bundje. Le 29 août, dans le cadre de l’opération conjointe Monusco-FARDC dénommé « Safari Majini » (Safe sail, navigation sûre), le navire UN-12 de l’unité « Riverine » de la Force de la Monusco a conduit une patrouille de longue portée sur le lac Tanganyika, à partir du port de Kalundu jusqu’à Baraka, dans le but d’évaluer la situation sécuritaire, et d’interdire toute activité des groupes armés sur cette voie d’eau. La même opération a été conduite sur le lac Tanganyika, le 3 septembre, à partir de Kalemie jusqu’au port de Kalundu.

En outre, dans les territoires de Walungu, Fizi et Kabare, la Force de la Monusco poursuit ses opérations unilatérales dénommées « Kimbilio salama » (Refuge sûr), “Mkesha” (Protecteur). « Kuwamacho” (Vigilance I). “Outreach ». (Présence sur le terrain), Restoration of roads » (Réhabilitation des axes) et « Swift protection » (Protection rapide), en menant des patrouilles intensives à partir de ses postes opérationnels établis dans ces territoires. L’environnement sécuritaire est demeuré relativement calme dans le secteur de Katanga la semaine dernière, mais il reste toujours volatile, à cause de la recrudescence des activités des FDLR sur les collines de la Mitumba, ainsi que celles des Maï-Maï dans les régions de Manono et de Pweto.

Stéphane Etinga/Le Potentiel


(TN/TH/Yes)