Les confessions religieuses se sont réunies le samedi 24 août dernier en la cathédrale du Centenaire avec comme objectif de prier pour la nation congolaise. Il y a lieu de signaler que lors de cette rencontre, toutes les confessions religieuses étaient représentées, à savoir la communauté musulmane, l’église catholique, l’Eglise du Christ au Congo, les orthodoxes, les églises indépendantes, l’Armée du salut, etc.

A l’issue de cette rencontre les chefs des confessions religieuses ont expliqué le bien fondé de leur démarche. Pasteur Théodore Mugalo : « c’est la malédiction pour ceux qui ne veulent pas écouter ! » C’est la malédiction pour ceux qui ne veulent pas écouter. Le Congo est agressé depuis 1998 cela fait 14 ans. Et si vous faites l’arithmétique vous verrez que nous comptons déjà 6 millions des morts.

On peut estimer de ce nombre que les croyants sont environ 99%, soit 5900000. Le 1% restant représente les militaires morts au front. Les brebis ont versé beaucoup de leur sang. Les chefs des confessions religieuses ont payé le prix du sang de leurs ouailles. Ils ont été touchés au fond de leur cœur et ils ont bien raison de monter au créneau et d’encadrer l’initiative. Ils veulent maintenant que l’Organisation des Nations Unies puisse procéder à l’arrestation de tous ceux qui sont impliqués dans les massacres et les viols. Monseigneur Marini Bodo « les confessions religieuses ont proposé les antibiotiques pour essayer d’éliminer ces dégâts » Je crois que le monde entier connaît ce qui se passe dans notre pays.

La petite histoire avec le panel de la Monusco est bien connue de tout notre peuple. Parce que là on a nommé, on ne peut pas avoir peur de dire qu’on a cité le nom du Rwanda. Alors nous avons examiné tous les détails, mais il manqué les sanctions ou mieux les médicaments contre cette maladie qu’on a découverte. C’est pourquoi les confessions religieuses réunies ont proposé les antibiotiques pour essayer d’éliminer ces dégâts qui nous rongent depuis plus d’une dizaine d’années. Depuis toujours nous sommes attaqués du coté de l’Est et cette fois-ci si les choses commencent à se préciser c’est parce que la communauté internationale s’est rendue compte que la RDC était attaquée par son voisin Rwandais.

Et si nous avons proposé 5 antibiotiques, c’est parce qu’il y a certaines maladies qui résistent à ces antibiotiques qu’on est entrain de prescrire ici et là. Et nous avons initié la pétition pour que le peuple puisse nous appuyer; nous avons fait appel à notre population. Avec cette pétition, nous avons dit un certain moment qu’il faut s’arrêter officiellement, mais comme tous les carnets ne sont pas encore rentrés, et puis nous devons aussi faire le lobbying auprès des pays qui nous aiment, nous devons parler tête haute. C’est ainsi qu’aujourd’hui on a organisé un culte pour mettre fin à cette période de guerre. Et le dossier doit être envoyé au Conseil de sécurité à New York, pour qu’il puisse examiner le bien fondé de notre réclamation ou accusation.

Et comme les choses vont se passer au mois d’octobre donc il était nécessaire qu’on puisse terminer avec tous ces exercices maintenant. D’où le sens de l’appel lancé à notre peuple de venir voir ce qui a été fait et de savoir ce qui reste à faire. C’est ainsi que nous avons organisé un culte pour que nous puissions dire où nous sommes arrivés. C’est plus ou moins une sorte de bilan. Je dis une sorte parce que nous n’avons pas encore terminé à récolter les données auprès du peuple. Abdallah Mangala : « on a eu le nombre voulu des signatures » Je dirai que tout le monde est là. C’est-à-dire l’église catholique, les protestants, l’armée du salut, l’église de réveil, l’union des églises indépendantes, les orthodoxes, et la communauté musulmane, bref tout le monde était représenté. Ici la question n’est pas de savoir qui est où qui n’est pas là.

Sachez très bien que ce que nous avons vécu aujourd’hui, la prière d’aujourd’hui c’est la réaction de tous les Congolais, de toute la population qui vient auprès des chefs de confessions en leur disant que chaque jour nous essuyons le sang, nous essuyons les larmes, nous enterrons nos frères et sœurs, nous enterrons nos mamans. Chaque jour ces faits se répètent depuis plus de 10 ans. Alors ça va continuer jusqu’à quand ? Voilà notre réflexion. Les chefs des confessions religieuses ont accepté cela en initiant la pétition.

La pétition c’est la population elle-même qui pose sa signature et maintenant on a eu le nombre voulu des signatures par les nations unies, précisément le conseil de sécurité. La délégation va partir pour déposer cela et expliquer comment la souffrance sur le plan spirituel et moral. Donc ayez confiance que la prière d’aujourd’hui a été unissant parce qu’elle a uni tous les congolais. A l’endroit de la population, nous disons que nous devons d’abord rester sereins, les démarches sont en cours. La population doit endurer dans la prière, c’est-à-dire intensifier cette prière pendant cette période où nous sommes entrain de chercher des solutions appropriées et durables. Albert Kankienza Muana Mbo : « le Dieu que nous invoquons ne laissera pas impunis les agresseurs de la RD Congo » Je pense qu’il est de notre devoir en tant que serviteur de Dieu et prédicateur de la parole de Dieu de pouvoir soutenir le pays dans nos prières parce que la Bible dit « prier pour votre pays parce que votre bonheur en dépend ».

Si la paix n’est pas stable, il est de notre devoir de pouvoir contribuer avec nos prières. Donc, il était de notre devoir entant que chef de confessions religieuses d’organiser un jour comme celui-ci et de prier en faveur de notre peuple et particulièrement par rapport à la situation sécuritaire qui prévaut à l’Est de la République Démocratique du Congo. Nous ne devons pas rester indifférent, insensible par rapport à la situation de l’Est. Vous avez aussi écouté le message qui a été lu par le père catholique au nom des chefs de confessions religieuses. Nous disons non à la guerre, non à la partition, non à la balkanisation de notre pays, oui à la paix, oui à l’intégrité territoriale. Voilà un peu les messages que je peux annoncer à la population.

C’est-à-dire de ne pas avoir peur parce que le Dieu vivant, le Dieu que nous prions, le Dieu que nous invoquons ne laissera pas impunis les agresseurs. Ils sont les ennemis du Congo et Dieu va prendre en charge cette situation. Dans le mystère de Dieu, c’est difficile pour savoir quand est-ce que le miracle sera fait. Certainement je pense que, s’il n’y avait pas eu toutes ses prières, peut être aujourd’hui la situation sécuritaire aurait été plus catastrophique. Je reste convaincu et persuadé que Dieu est celui qui écoute les prières. La singularité d’aujourd’hui ce que nous sommes dans une situation de l’Est et voilà pourquoi nous sommes ici pour prier de manière à ce qu’on en finisse avec ce qui se passe à l’Est.

Miraculeusement Dieu est capable, Dieu confond les ennemis, là où les FARDC ont peut être des limites, et avec Dieu et son armée céleste, il est capable de créer la confusion dans le camp des ennemis. Voilà nous entant que chrétien nous croyons aux miracles, nous croyons que Dieu mettra fin d’une manière ou d’une autre à cette guerre. Nous croyons que le Dieu de la bible c’est le Dieu surnaturel. Nous pensons que la situation de l’Est changera. Nous restons convaincus que les ennemis du Congo ne prendront pas même un petit morceau de notre pays. Ca finira par s’arrêter un jour. Quand, comment moi je ne sais pas, mais ce que je sais, c’est que ça finira par s’arrêter car Dieu est vivant. ITK

La Prospérité


(GTM/TH/GW/Yes)