Maintenant que le Rwanda a été démasqué et qu’il n’y a pas de doute quant au soutien qu’il apporte aux mutins de M23, Joseph Kabila a le soutien de toute la population dans la recherche des solutions à la crise.

Suite à cette crise qui touche à la souveraineté du pays, à l’intégrité du territoire nationale, il est important que la population, au-delà des convictions politiques, des appartenances ethniques, se range derrière le Commandant suprême des FARDC pour bouter les ennemis hors de nos frontières et les mettre hors d’état de nuire.

Pour y arriver, il faut que les communautés, les associations et la société civile soient sensibilisées afin que les ennemis ne se servent plus de nos faiblesses et de nos clivages pour déstabiliser la région.

Grâce au leadership du chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, le Gouvernement de la République est arrivé à démasquer les subterfuges du Rwanda qui utilise plusieurs combattants recrutés pour appuyer les miliciens de M23 de Bosco Ntaganda. Et ce, après une enquête qui a été diligentée par les services du Gouvernement, pendant qu’étaient mis en œuvre, parallèlement, les mécanismes conjoints institués il y a quelques années par la Rdc et le Rwanda à l’effet de les vérifier ensemble sur terrain.

Maintenant que le Rwanda a été enfin démasqué et ses stratégies mises à nu, la population soutient comme un seul homme le chef de l’Etat dans la recherche des solutions à la crise qui prévaut présentement à l’Est du pays. Ceci, parce que cette crise qui touche à la souveraineté du pays, à l’intégrité du territoire national exige de la population, au-delà des convictions politiques de se ranger derrière le Commandant suprême des FARDC et de la Police nationale congolaise, pour mettre hors d’état de nuire les ennemis de la République. Il est donc important que les diverses communautés, les associations et la société civile soient sensibilisées pour que les ennemis ne se servent plus de nos faiblesses et de nos clivages pour tenter de déstabiliser la région.

Les mensonges du Rwanda

Au lendemain de la publication d’un rapport confidentiel de BBC, avant que ce rapport ne soit corroboré par les enquêtes de Human Right Watch, le Rwanda s’était empressé de rejeter en bloc toutes ces informations, disant que la MONUSCO avait suffisamment démontré son incapacité à protéger les populations congolaises. Et pourtant, même si le Rwanda nie de s’ingérer dans les affaires intérieures du pays, pourquoi alors il se répète pratiquement la même histoire que celle de Nkunda batware et le CNDP qui avait semé la désolation ?

Comme il n’y a pas un sans deux, le Rwanda qui avait soutenu il y a peu la mutinerie de Laurent Nkunda, a pratiquement repris la même stratégie en soutenant cette fois-ci Bosco Ntaganda. Un comportement qui n’étonne personne, mais qui interpelle la communauté internationale et toutes les institutions spécialisées tant africaines que mondiales. D’autant que la Rd Congo s’est contentée de vérifier ces informations, avant de rendre public sa décision. Celle qui consiste à dire que réellement, le Rwanda agresse la Rd Congo à travers le M23 interposés.

Il sied de souligner que les groupes armés qui prétendent défendre la population soit disant minoritaire, doivent savoir que seuls l’Etat et les FARDC sont également investis de protéger la population. Disons à ce sujet qu’il existe plusieurs minorités au pays et il est inacceptable que chaque communauté crée une milice pour se protéger. On ne devra pas avoir la mémoire courte. En effet, lors de la création du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD/Goma), c’est la carte de la protection de la minorité qui avait été mise en exergue. Et tout le monde sait comment s’est terminé, même s’il était clair comme l’eau dans un verre, que c’est le Rwanda qui était derrière le RCD.

Voilà pourquoi tous les congolais, patriotes et nationalistes doivent absolument soutenir et veiller à la consolidation et à la restauration de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national. Il est vrai qu’il y a des frustrations, il est vrai qu’il y a des injustices qui sont du reste inhérentes à toute communauté, il faut œuvrer pour des solutions pacifiques. Sinon, que devons-nous léguer à la progéniture ? Quel pays allons-nous laisser à ceux qui viendront après nous ? Le devoir de consolider et de restaurer l’autorité de l’Etat est un devoir civique et moral par rapport à ceux qui nous ont légué cette nation, mais aussi par rapport à ceux que nous allons léguer la nation.

Sensibiliser les communautés

C’est autour de la problématique communautaire que le Premier ministre s’était même entretenu à Bunagana et Mugunga avec les communautés Nande, Tutsi, Hunde et Hutu. Les questions liées à la sécurité dans cette partie du pays ont été largement évoquées. Occasion indiquée pour le Premier ministre de présenter la vision du Président de la République, celle de parachever l’œuvre de la stabilisation de la situation sécuritaire et de la paix en Rd Congo.

Outre sa rencontre avec les communautés, le Chef du gouvernement s’est aussi longuement entretenu avec Mme Irute Debré Sélassié, le n°1 de la Mission onusienne dans le Nord Kivu qui était à la tête d’une délégation.

Comme avec ses hôtes précédents, les questions liées à la sécurité dans l’Est du pays ont constitué le nœud de leurs entretiens. Poursuivant ses consultations, Matata Ponyo a encore reçu une délégation des ONG et associations féminines de la province, les femmes et les enfants étant les premières victimes de ces conflits. Le Premier ministre leur a exprimé la ferme volonté du gouvernement à mettre fin à cette situation qui sème la désolation dans des milliers des familles. Non sans s’entretenir enfin avec une délégation de la société civile du Nord Kivu, la délégation de l’Assemblée provinciale, celle du CNDP, les opérateurs économiques ainsi qu’une délégation des représentants des confessions religieuses du Nord Kivu.

Avec toutes ces personnalités, le Premier ministre a exprimé l’engagement du gouvernement, instruit formellement par le Chef de l’Etat lors de la réunion du Conseil de sécurité tenue récemment à Kinshasa, de mettre tout en œuvre pour parachever la stabilisation de la situation sécuritaire et de la paix en République démocratique du Congo.

L’Avenir


(TN/TH/GW/Yes)