Une mesure qui va permettre non seulement de boucher les trous, mais de mettre un terme à la paie des fictifs. Ainsi, l’Etat aura l’avantage de maîtriser les effectifs des militaires et policiers.

Le chef de l’exécutif national, le Premier Ministre Augustin Matata Ponyo Mapon avait présidé le premier conseil des ministres. Réunion au cours de laquelle, plusieurs points ont été examinés, à savoir la question épineuse du social des congolais ainsi que celle liée à la création de l’emploi. Ce dernier va permettre à booster les affaires pour permettre au secteur privé d’être réellement porteur de la croissance, créatrice des richesses et d’emplois. C’est pour dire que la République Démocratique du Congo est dotée des multiples potentialités qui, mieux exploitées offrent des opportunités certaines pour la création d’emplois.

Cependant, au cours de ce premier conseil, le Premier Ministre a imprimé un rythme de travail. 7h30’ début de la réunion, malheureusement un des ministres et pas le moindre n’a pas participé à cette réunion. Sinon, avec ce rythme, le premier Ministre a donné du ton à son équipe.

« Plus rien ne sera comme avant, tout doit changer et tout va changer ». Ce slogan doit effectivement répondre conformément au programme d’action du gouvernement présenté devant les élus légitimes du peuple, à en croire l’honorable Zacharie Bababaswe. « Le Premier Ministre m’a convaincu dans sa réplique; il a tenu compte des toutes les observations, situations, avis et considérations des honorables députés, a-t-il affirmé. Ce programme ne sera pas seulement un simple acte d’approbation et de l’investiture du gouvernement par l’Assemblée nationale. Ce programme doit se traduire en acte. « Le Premier Ministre nous a demandé de le voir à l’épreuve. Nous allons l’attendre aux résultats. Les résultats doivent être dans le sens du bien-être de notre population et rien d’autre », s’est exprimé l’élu de la Lukunga, Zacharie Bababaswe.

Toutefois, au cas où le programme d’action du gouvernement n’allait pas dans le sens du bien-être de la population congolaise, les députés nationaux n’hésiteront pas à exercer leur droit constitutionnel. « Nous exercerons notre droit parlementaire au sein du gouvernement, et nous demandons à notre population à lui ouvrir le cœur et lui donner la possibilité de pouvoir travailler. C’est notre gouvernement, nous lui accordons toutes les chances de survie à condition qu’il tienne compte et respecte les recommandations des honorables députés ».

Concernant le secteur de l’armée dont l’honorable Zacharie Bababaswe a sollicité du haut de la tribune de la chambre basse du parlement, il estime que le paiement des soldes des militaires par voie bancaire est une bouffée d’oxygène dans ce secteur ou certains officiers militaires se sont fait beaucoup d’argent sur les dos des vaillants combattants. « J’ai été très heureux d’entendre le Premier Ministre que désormais d’ici la fin de l’année, les militaires, les policiers et d’autres services de sécurités seront payés par le circuit bancaire. Ca me réjouit parce qu’il y a beaucoup d’argent de l’Etat qui n’arrivent pas entre les mains des militaires et policiers. C’est pourquoi j’encourage le Premier ministre Augustin Matata Ponyo. Il a le soutien de toutes les familles militaires que je représente très valablement ici au parlement. Il a notre soutien et nous pensons qu’il doit aller dans ce sens là ».

Il sied de souligner que la paie par voie bancaire va permettre à l’Etat congolais et à son gouvernement d’avoir la maîtrise de l’effectif des militaires et policiers de la République Démocratique du Congo.

P. Romain Rolland/L’Avenir


(GTM/Ern./GW/Yes)