L’Agence japonaise de coopération internationale (Jica) va honorer ses engagements pris avec l’INPP. Le directeur Naohiro Tsutsumi en charge de la planification de la coopération au ministère japonais des Affaires étrangères est venu confirmer la concrétisation de ce projet. Il a été l’hôte des autorités de cet établissement public qui ont fait visiter les ateliers et salles de formation où sont installés les équipements livrés par la Jica.

« Lors de cette visite de nos ateliers, vous avez certainement remarqué que c’est grâce à la formation de nos formateurs assurée par les experts formateurs japonais que nous arrivons à maintenir le matériel d’un âge très avancé ». L’Administrateur directeur général adjoint (ADGA) de l’Institut national de préparation professionnelle (INPP), Makina Malongi, l’a fait observer au directeur Naohiro Tsutsumi des Affaires étrangères du Japon en charge de la planification de la coopération entre son pays et l’Afrique ainsi que l’Europe.

C’était mercredi 11 avril 2012 après la visite qu’il a effectuée dans les ateliers et salles de formation de la direction provinciale de l’INPP/Kinshasa où ont été installés les équipements et autres matériels fournis par l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica).
 
Et l’ADGA de l’INPP de relever : « Vous avez vu ce que la Jica a déjà fait et ce que fait le comité de gestion de l’INPP en dotant celui-ci d’un bâtiment à deux niveaux en construction. Cela sur fonds propres : préalable au démarrage de grands travaux d’un bâtiment de trois étages qui sera construit par les Japonais ». Cela, a-t-il fait valoir, atteste que le comité de gestion et la direction générale forment une équipe dont « la gestion est correcte pour la réussite de la mission d’appuyer le gouvernement dans le travail de la reconstruction nationale et du développement économique du pays ».
 
Il a salué le partenariat exemplaire qui existe entre la RD Congo et le Japon, en général, et la Jica et l’INPP, en particulier. Sans oublier de souligner le fait que la visite d’un haut responsable japonais de la planification de la coopération témoigne de « la fidélité du Japon à la coopération, de l’attachement de la Jica à concrétiser le projet que nous avons signé avec elle ». Et d’ajouter que cette visite donne l’espoir et rassure que ce projet est sur la bonne voie.
 
M. Makina Malongi n’a pas manqué de rappeler la mission assignée à l’INPP par l’Etat congolais, à savoir former le personnel en cours d’emploi désireux d’être recyclé pour acquérir des compétences afin de mieux rendre des services attendus par son entreprise ; et tout autre personne, notamment les jeunes capables de travailler, mais ne disposant d’aucune formation de base ou d’une formation professionnelle. « Nous les formons pour qu’ils aient l’emploi, le créent ou le trouvent dans des structures déjà organisées », a-t-il fait savoir à l’attention de son hôte.
 
Tenir à sa parole : une valeur primordiale et un honneur
 
Pour sa part, le directeur Naohiro Tsutsumi s’est dit d’abord impressionné par la superficie qu’occupe la direction provinciale de l’INPP/Kinshasa et le nombre d’apprenants ainsi que la variété des filières. Contrairement à ce qu’il a déjà vu dans d’autres pays africains. Ensuite, il a été étonné de voir fonctionner encore les équipements et matériels livrés par la Jica il y a près de 30 ans.
 
Concernant la réalisation du projet de construction des bâtiments devant permettre d’accroître la capacité d’accueil de l’INPP et d’acquérir des équipements modernes, il a indiqué que le Japonais est un homme de parole. Quand il promet, il réalise. Tenir à sa parole, pour un Japonais, est une valeur primordiale et un honneur, a relevé l’hôte de l’INPP.
 
C’est dire que ce projet sera concrétisé car « le développement d’un pays passe par la formation des techniciens et ingénieurs, travail auquel s’adonne l’INPP », est-il convaincu, notant que le Japon est un petit pays au niveau de la superficie et qui n’a pas de ressources naturelles.

Olivier Dioso/Le Potentiel


(GTM/Ern./GW/Yes)