Des Congolais âgé d’au moins 28 ans et bénéficiant d’une filière de formation artistique ont jusqu’au 15 avril 2012 pour signaler leur participation à un concours où des lauréats auront droit à une formation d’une année en cinéma à Kinshasa. Le réalisateur Djo Munga wa Tunda de la République démocratique du Congo, en collaboration avec la société cinématographique « Suka », producteur du film « Viva Riva » organise un master en cinéma en RDC dans les secteurs notamment de montage de son, d’image, de réalisation. de production.

Selon le journal Avenir citant les organisateurs, la bourse est ouverte à tous les Congolais âgé d’au moins 28 ans, le concours s’étend jusqu’au 15 avril 2012 prochain. Au total, 24 candidats seront sélectionnés pour une formation de huit semaines. Seize candidats brillants bénéficieront de la bourse complète de 11 mois à Kinshasa.

Lors d’une conférence de presse animée le mercredi 14 mars 2012 en la salle polyvalente de l’institut français de Kinshasa, les organisateurs du concours ont indiqué les conditions de participation : être détenteur d’un titre académique au minimum une licence : bénéficier d’une filière de formation dans le domaine artistique (théâtre, photographie, peinture. Musique, écriture, etc.): se munir de ses trois œuvres professionnelles : d’ un Curriculum Vitae (CV) mis à jour : d’une lettre de motivation : d’une page sur ses connaissances en cinéma.

Outre des éléments précités, les candidats qui vont présenter des travaux de photographie, peinture, musique, ils seront dans l’obligation de déposer un exemple clair et lisible de leur travail par fichier informatique. « Ce projet est un  moyen de savoir à la jeunesse congolaise. Chacun de candidats qui seront retenus trouvera sa place, avec cet échange : on va créer une société solide dont la conception est destinée aux jeunes.

D’autant plus que le projet fera partie de leurs cursus. Jusque-là nous n’avons pas le moyen d’atteindre toute le République pour véhiculer le message. Raison pour laquelle, à part Kinshasa, nous allons tourner dans la ville de Goma, Lubumbashi, Kisangani », a indiqué le conférencier.

Il a, par ailleurs, fait savoir que les candidatures des journalistes des hommes de lettres et des artistes sont vivement souhaitées dans la mesure où ces catégories scientifiques sont dans leur domaine en contact d’une manière ou d’une autre avec les outils de cinéma. Donnant l’avantage que son projet procure aux journalistes. Djo Tunda a fait savoir que le projet donnera à ces derniers les moyens d’améliorer ce qu’ils ont comme technique de recherche de traitement et de diffusion d’information.

Evoquant les cas de personnes bénéficiant d’une formation dans les domaines de l’économie, et  du commerce, Djo Tunda a rassuré qu’elles viendront avec un certain nombre d’ idées « préétablies ».

Au-delà des hommes appelés à signaler leur participation à ce concours, le coordonnateur du projet attend plus les candidatures des femmes. Pour lui, ces dernières ont une grande capacité de développement dans le secteur de l’audiovisuel. Dans le cinéma, il n’y a pas que les réalisateurs, les techniciens ou les acteurs.

Il y a aussi la production, la gestion économique et juridique, la logistique et l’écriture. « En réalité, dans le cinéma, les femmes génèrent beaucoup plus que les hommes mais malheureusement, trop peu de femmes se présentent aux différentes formations », a déclaré Djo Tunda.

Saisissant l’occasion, il lance l’invitation à toutes les jeunes femmes ayant une certaine capacité intellectuelle de prendre cette occasion A bras-le-corps.

Bienvenu Ipan/Le Potentiel


(TH/BTT/PKF)