Le groupe de musique chrétienne Gael(Groupe Adorons l’Éternel) d’Alain Moloto a failli être décimé par un grave accident de circulation. Excès de vitesse, perte de contrôle ou problème mécanique ?

Les circonstances de cet accident ne nous ont pas été précisées par le sms qu’Alain Moloto m’a adressé depuis Kinshasa mardi 8 juin 2010. Encore sous le choc, il n’a pas été explicite d’autant plus qu’il n’était pas dans le véhicule accidenté : « Salut Michel. Les musiciens de Gael ont fait un grave accident sur la route de Matadi. Ils revenaient d’une prestation d’une église de place.
Le bus qui les transportait a fait trois tonneaux. Rien de grave car la main de Dieu nous a secourus une nouvelle fois ».

Cet accident aurait pu être fatal à cet orchestre qu’il serait juste de considérer comme l’un des tout meilleurs de la République Démocratique du Congo tous genres confondus, même si trois de ses éléments majeurs n’étaient pas dans le véhicule accidenté : Nadège, Athoms et Alain Moloto lui-même.

Inquiétant tout de même puisque en novembre 2009 en Belgique, Alain Moloto et Antoine Katoto le producteur attitré du groupe avaient été victimes d’un accident similaire à bord d’un véhicule de location qui avait fait quatre tonneaux. Là aussi, ils étaient sortis indemnes presque sans égratignure.

Le chanteur ne croit pas au hasard : « Le seigneur m’a divinement averti de ne pas me rendre car c’était programmé pour moi et j’avais alors décidé de ne pas faire le voyage ».

Depuis quelques années, le destin d’Alain Moloto semble, en effet, jouer au chat et à la souris avec la mort. Dieu ne s’amuserait-il pas à se servir de la vie cet artiste pour rappeler que ses promesses sont toujours d’actualité ? En tout cas, l’intéressé avait déjà eu la vie sauve après un empoisonnement comme pour illustrer cette promesse de Jésus faite aux disciples juste avant l’ascension : «  Ceux qui croiront en mon nom (…) s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ».

Bien avant le Psaume 23 vendait déjà une assurance tous risques à Alain Moloto et ses semblables : « L’Éternel est mon berger, je ne manquerai de rien (…) Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi ».

Cet auteur-compositeur et chanteur ne dit pas autre chose : « Se tirer sans fatalité d’un tel accident relève de sa seule souveraineté et nous lui rendons grâce. Ma louange au Seigneur s’articule autour de sa fidélité et de son amour pour nous ».

Signalons enfin qu’Alain Moloto avait séjourné au mois de mai dernier en Europe où il a été reçu dans plusieurs églises où il a délivré des enseignements bibliques.

Botowamungu Kalome/AEM/MMC


(BT/PKF)