Il y a quelque temps, la rupture semblait consommée entre les deux. Chacun tirait la ficelle de son côté devant la presse africaine. Awilo Longomba et Barbara Kanam s’aiment depuis 2004. Donc en 2010, ils ensemble totalisent six ans de vie commune. Grâce à nos confrères de Top Visages qui les ont rencontrés dans leur domicile des Tourtereaux à Abidjan (Cote d’Ivoire), les nouvelles sont bonnes. Les deux artistes musiciens congolais de Kinshasa tiennent la route ensemble. Ils l’ont confirmé à travers cette interview, du magazine Top visages, à deux.


Top Visages (T.V) : Vous formez un duo d’amoureux de haute classe ?
Awilo : Il paraît…
Barbara K (B.K) : Lui et moi, c’est un vrai contraste, je l’avoue !

T.V : Dis-moi, Barbara, qu’est-ce qui t’a fait craquer chez Awilo ?
B.K : Sa sincérité. Dès le départ, il s’est présenté à moi comme il est, sans faire semblant, sans vouloir changer de personnalité ou d’habitude pour me séduire. Le message qu’il a laissé transparaître, c’est : « je suis ce que je suis. Je ne suis pas un grand richard, mais, j’ai un grand cœur ». Et puis, j’ai aimé chez lui cette joie de vivre.

T.V : Quand il te draguait, tu te disais quoi ? Tu le voyais comment ?
B.K : C’est un artiste. Quand il m’a fait la cours, je n’y croyais pas du tout. Je me disais qu’il en a l’habitude. Donc, je ne prenais pas ça au sérieux. Mais on a sympathisé pendant longtemps et c’est comme ça que j’ai découvert en lui quelqu’un de simple, de vrai, qui parlait vraiment avec son cœur.

T.V : Depuis combien de temps êtes-vous ensemble ?
 B.K : On se connaît depuis 2004.
Awilo : Donc ça fait six ans.

 T.V : Vous avez caché votre jeu…
Awilo : Comme on dit, vivons cachés pour vivre heureux.

T.V : Awilo, comment t’es-tu senti quand tu as appris que ta femme flirtait avec un animateur télé ivoirien ?
Awilo : Ce n’était pas vrai parce que connaissant Barbara, je sais qu’elle n’est pas une aventurière. C’est quelqu’un qui a un sourire et un charme qui peuvent tromper plus d’un, au point où on peut se faire des idées. Quand j’ai lu ça, franchement, ça m’a fait rire. Et je n’ai pas été choqué du tout. Barbara, c’est une très belle femme et elle plaît aux hommes. Elle ne passe pas inaperçue. Elle est abordée par des millionnaires, des milliardaires qui pensent que c’est une fille naïve parce qu’elle sourit à tout le monde. Attention, hein ! Elle sait ce qu’elle veut.

D’ailleurs, quand j’ai vu sa réaction, j’ai su que pour elle, c’en était de trop. Elle a été touchée dans son amour-propre et a eu très mal… Les gens pensent qu’elle est tête en l’air parce qu’elle s’est mise avec un Awilo qui est chanteur, qui a des dreadlocks et tout. Mais non ! Détrompez-vous. Est-ce que vous avez vu la tête du gars de Beyonce ? Qui ne rêve pas de sortir avec cette chanteuse américaine ? Tu as vu son mec, Jay Z ? Un homme qui porte sa casquette à l’envers ?

Mais, on est africain et je comprends ce genre de complexe. Barbara n’est pas légère. Et moi, je ne suis pas n’importe qui. Je suis une icône de la musique africaine. J’ai droit au respect, à une vie aussi. Regardez bien les femmes des chanteurs. Elles sont toujours intelligentes, posées…Alors, respectez un peu le choix des gens. C’est une intellectuelle. Si elle n’avait pas fait la musique, je pense qu’elle serait ministre, directeur de société. Mais c’est parce qu’elle aime la musique.

T.V : Qu’est-ce que ça te fait d’entendre tout ça, Barbara ?
B.K : Dans ma vie, je n’ai jamais eu quelqu’un qui m’a dit des choses aussi sincères. Quelle que soit la situation, Awilo, fait partie de mon être. C’est quelqu’un qui a beaucoup de mérite. Il n’a peut-être pas eu les mêmes chances que moi, dans mon enfance mais, là où il est aujourd’hui, je ne connais pas beaucoup de personnes qui y seraient arrivées. C’est un homme très fidèle, très gentil, très présent.

T.V : C’est normal quand on a une petite perle comme toi…
B.K : Non, arrête ! C’est quelqu’un qui est très casanier de nature et très attachant. Même si nous avons un problème dans notre relation, ce qui arrive d’ailleurs à tous les couples, je voudrais vraiment qu’on le respecte et qu’on respecte cette vie privée. Au moment voulu, nous ferons les déclarations qu’il faut. En attendant, nous avons besoin de calme ! C’est vrai qu’on n’est pas encore mariés, mais nous avons des familles, des enfants qui n’ont pas besoin de voir notre vie exposée comme ça. Une fois que les démarches seront faites comme il se doit dans nos traditions, nous dirons voilà, nous sommes fiancés, nous allons nous marier, nous donnerons les dates et tout…

T.V : Quand vous vous retrouvez, vous parlez musique ou vous faites autre chose ?
Barbara K : On est très complices. On a beaucoup de goûts communs. En termes de musique, on aime bien les vieilleries, mais aussi Michael Jackson, Marvin Gaye, la rumba… Et puis, on rigole beaucoup parce qu’il a des choses insolites qu’il a vécues au Congo, dans son enfance. On est comme deux enfants. Quand on se retrouve, on a envie d’oublier tout le reste et de profiter de la vie. On n’est pas stars, quand on se retrouve… On est des êtres humains, avec nos faiblesses, nos qualités, voilà ! Il me donne même des conseils, il est très grand frère dans son genre, Awilo. Même du point de vue professionnel, comment gérer les contrats, comment parler avec les gens.

T.V : Quel est le petit nom de caresse que tu lui as donné ?
B.K : Je ne sais pas…Il y en a beaucoup, ça dépend ...
Awilo : On se fait des vannes, ça dépend du moment…Quand je fais le fou, elle me dit : « mon petit fou », « mon beau petit diable… » Quand je lui fais un cadeau, c’est « mon gentil »

T.V : Qu’est-ce que tu n’aimes pas chez Awilo ?
 Barbara K : Il est imprévisible dans son genre. Et quand il est fâché ! Toute la République va le savoir. C’est un bon… Quand c’est chaud, c’est chaud. Quand c’est comme ça, je dis : « oh ! Papa, doucement… ». Et puis, il mange beaucoup ! Ça remplit les assiettes et c’est du travail.

T.V : Et toi, Awilo ?
Awilo : Moi, j’ai plein de défauts, mais Barbara, faut que je cherche… Je ne vois pas…

T.V : Elle passe certainement beaucoup de temps dans la douche ?
Awilo : Ah, oui ! Ça aussi. Elle s’occupe trop de son visage, de son corps. Quand elle commence, elle ne calcule personne. Sinon, elle est magnifique, Barbara. Ce que je n’aime pas aussi, c’est que quand je me fâche, elle rit…

T.V : Dis-moi, est-ce que tu sais danser le zouk ?  Barbara : Il me piétine, je lui dis toujours : « mon frère, ce n’est pas soukouss, c’est zouk »
Awilo : Le zouk, me paraît comme une danse de dragueur, donc, tu vois que je n’ai pas eu trop l’habitude de le danser, dans ma vie. C’est une danse qui doit s’exécuter avec la personne qu’on aime. Pas n’importe qui. Mes premiers pas de zouk que j’ai eus à faire, c’est avec Barbara, franchement…

T.V : Dis-lui un mot, celui que tu ne lui as jamais dit…
Awilo : Je lui ai presque tout dit… Mais, si un jour, j’ai la chance d’épouser cette jolie fée, parmi des millions d’hommes sur terre, je lui dirai quelque chose de particulier devant le public qui sera-là. Je le dirai, le jour J, ma princesse.

Top Visages/L’Avenir/MMC


(BT/PKF)