Avoir le dernier développement enregistré en marge du concert livré vendredi dernier au terrain municipal de Bandalungwa par Mopao accompagné de Fally Ipupa, Ferre chair de poule, Titina Alcapone et Binda Bass, il y a lieu de craindre que la guerre entre Koffi Olomide et Werrason ne soit plutôt totale.

En effet, ce concert s’était terminé en queue de Poisson ŕ la suite d’un cocktail de jets de pierre indescriptible que le public a mis un point d’honneur ŕ jeter sur le podium. La police était obligée de charger afin de limiter les dégâts. Koffi Olomide et Werrason se battent donc maintenant face-ŕ-face.

Koffi accuse les jaloux

Selon les proches de Mopao Mokonzi, ce coup est l’śuvre des jaloux face au plein réussi sur le terrain municipal de Bandal. « Ils ne pouvaient accepter que Mopao jouisse de son succčs ŕ Bandal, considéré comme le fief de certains orchestres, alors que Koffi Olomide avait habité ŕ une époque dans cette commune », a confié un proche de l’artiste.

En fait, Koffi Olomide a drainé un monde fou sur le terrain municipal de Bandal. Le public était trčs nombreux et les véhicules avaient du mal ŕ circuler dans les alentours du lieu oů se produisait le Rambo de la musique congolaise. Les routes étaient encombrées dans ce périmčtre ne permettant pas une circulation fluide des personnes et des voitures.

Tout a commencé ŕ 18h30’ avec la montée de Fally Ipupa Dicaprio sur le podium. Le public l’avait frénétiquement applaudi lors de l’exécution de la chanson « Eternellement ». Les spectateurs étaient dans une hystérie généralisée lorsque Mopao est monté sur podium. Comme pour sceller la communion avec ce public, le Rambo a demandé aux spectateurs de lui donner le titre de la premičre chanson qu’ils souhaitaient le voir exécuter en introduction ŕ son spectacle. A l’unisson, le public demanda le spot publicitaire « Longitima ».

Ce spot publicitaire assure la promotion du produit du sponsor de Mopao Mokonzi. Actuellement sur la place de Kinshasa, « Longitima » se dispute le leadership avec « Bongolowayi » de JB Mpiana, lui aussi un spot publicitaire de la bičre concurrente.

Pour son exécution, le public a exigé la présence de Ferre chair de poule aux côtés de Mopao. Ce qui fut aussitôt fait. Hervé Gola est monté sur le podium, amenant le Rambo ŕ présenter Fally Ipupa sous le nom de « Droit chemin » et Ferre Gola sous le surnom de « Champion ». Quelques notes de « Danger de mort » ont été exécutées ŕ la satisfaction de tous.

Le concert s’est poursuivi jusqu’ŕ l’exécution de la sixičme chanson de la soirée, quand soudain un groupe de zoulou a fait irruption, jetant des pierres sur tout ce qui bougeait sur le podium. Texas et l’atalaku de Quartier Latin ont été touchés alors que Koffi Olomide et Ferre particuličrement visés ont eu la vie sauve grâce ŕ l’intervention énergique des éléments de la police.

On note la qualité du son offert par Koffi Olomide lors de ce spectacle livré sur le terrain municipal de Bandal. L’organisation était impeccable avec un podium professionnel tout comme l’instrumentation. Ces incidents ont constitué l’unique fausse note de cette soirée.

Werrason pointé du doigt

L’entourage de Mopao connaît l’agresseur mieux le commanditaire de l’agression. Pour eux, il s’agit de Werrason, jaloux du succčs récolté par leur leader ŕ Bandal considéré comme sa base naturelle.

Contactés, certains zoulous ont soutenu qu’ils ne pouvaient accepter les provocations de Koffi Olomide, ŕ quelques mčtres de la maison qui a vu grandir Werrason. « Koffi paie pour ses propres turpitudes. Pourquoi a-t-il tenté de dénigrer Werra, alors que le concert se déroulait normalement ? », a soutenu celui qui semblait ętre le chef de l’équipe.

Et un autre d’ajouter : « Présentement, c’est Werrason qui valorise Kasamoto. Oů était Koffi avant pour venir en parler maintenant ? Devait-il attendre que Werra s’habille chez ce couturier pour qu’il vienne le dénigrer en męme temps qu’il vante les véhicules qu’il s’est acheté ? » Comme on peut le constater, les proches de Werrason ont réagi face ŕ ce qu’ils avaient considéré ŕ tort ou ŕ raison comme des taquineries de Rambo contre leur idole Werrason.

Il faut déplorer le fait que partout oů Koffi Olomide se produit en concert populaire, des jets de pierre sont toujours au rendez-vous. A qui doit-on attribuer la faute ?

Le bureau de « Wenge Musica Maison Mčre » soutient n’avoir donné aucun mot d’ordre allant dans le sens d’user de la violence contre qui que ce soit. Toutefois, ils ont invité leurs amis de l’Amicale des musiciens congolais ŕ respecter leurs engagements.

La vengeance dans l’air

Les risques d’une déflagration majeure sont perceptibles. Si rien n’est entrepris pour mettre un terme ŕ ces comportements répréhensibles les concerts de ces deux orchestres vont devenir un enfer.

(Jdn)